Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une société de biotechnologie espère résoudre la synthèse de l’ADN

Un processus unique permet l’impression rapide et peu coûteuse de minichromosomes artificiels, offrant des avantages à l’ensemble du domaine de la biologie synthétique, de la médecine à l’alimentation et l’agriculture.

Santé

La thérapie par anticorps monoclonaux est une perspective de traitement prometteuse pour un éventail de maladies affectant les citoyens européens, du cancer à la COVID-19. Toutefois, la fabrication d’anticorps est coûteuse et chronophage.

Un véhicule viral

Les anticorps monoclonaux sont des protéines qui se lient à des molécules à la surface des agents pathogènes, permettant ainsi au système immunitaire de reconnaître et d’attaquer ces cellules. Cependant, l’identification de la longueur de la séquence d’ADN contenant le code d’un anticorps ne représente qu’une partie du processus pour obtenir un traitement efficace. Afin que cela fonctionne, elle doit être couplée à des brins compatibles qui remplissent d’autres fonctions, et tous ces éléments doivent être encapsulés à l’intérieur d’un vecteur, comme un virus ou une bactérie. «La situation se résume à des blocages dans le développement, le dépistage et la production d’anticorps», explique Harold de Vladar, coordinateur du projet MiChomAbs, financé par l’UE. «Même si l’on dispose de la séquence nécessaire pour l’anticorps, il faut encore passer par de nombreuses alternatives, différentes structures, différents promoteurs», souligne Harold de Vladar. «Ce qui limite beaucoup les actions. Rassembler tous ces éléments s’avère être un processus très fastidieux.» La fabrication de traitements par anticorps avec des longueurs de l’ordre des 10 000 à 100 000 paires de bases d’ADN peut prendre jusqu’à plusieurs mois et exige une utilisation intensive de ressources humaines. «Notre idée est d’effectuer ce processus en quelques heures ou quelques jours, sans impliquer de ressources humaines au-delà des personnes maniant l’équipement», explique Harold de Vladar.

Minichromosome

Ribbon Biolabs, hôte du projet MiChomAbs, a breveté une technologie unique qui peut synthétiser rapidement et efficacement de longues séquences d’ADN chromosomique. Cela pourrait réduire considérablement les coûts de fabrication de ces traitements, les rendant plus accessibles aux patients. Le projet a été soutenu par le programme européen Horizon 2020. «En tant que bons scientifiques, nous sommes plutôt idéalistes. Ce financement nous a aidés à penser à l’argent», fait remarquer Harold de Vladar. «Il nous a permis de rencontrer des personnes de l’industrie pharmaceutique et de tenter de vendre notre idée; non pas pour qu’ils achètent le produit, mais pour qu’ils adhèrent à notre vision.» «Ce soutien en matière de développement commercial nous a permis d’identifier à quels défis attendant la société nous devrions donner la priorité et lesquels devraient être reportés», ajoute Harold de Vladar. «Ce n’est pas seulement une question d’argent, il a fallu placer notre produit dans un contexte et l’adapter au secteur de marché adéquat, peaufiner nos objectifs et identifier le personnel nécessaire à recruter, ainsi que le bon moment pour le faire.»

Plans pour l’avenir

Par la suite, Ribbon Biolabs entend solliciter une subvention au titre de l’accélérateur du CEI et commencer un deuxième cycle de collecte de fonds. «Sur le plan technologique, nous avançons comme prévu. En ce qui concerne la partie réglementaire, nous devons établir le calendrier nécessaire et les étapes à suivre en vue de l’obtention des certifications.» Ce projet leur a également permis de façonner leur vision commerciale. «Nous ne souhaitons pas simplement vendre de l’ADN au kilo», explique Harold de Vladar. En plus d’apporter de nombreux bénéfices au domaine de la biopharmacie, cette technologie pourrait jouer un rôle dans un vaste éventail d’applications en biologie synthétique, telles que les biocarburants, l’agriculture et l’industrie alimentaire. «L’ensemble de l’industrie de la synthèse d’ADN évolue chaque année et il est difficile de suivre le rythme de toutes les possibilités qu’elle offre», conclut Harold de Vladar. «C’est passionnant, c’est ce qui nous motive vraiment.»

Mots‑clés

MiChomAbs, chromosome, ADN, Ribbon Biolabs, paire de bases, monoclonal, anticorps, fabrication, synthèse, COVID-19

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application