Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La surveillance à distance des données cardiaques garantit un traitement personnalisé

Un capteur numérique implanté dans le septum interventriculaire des patients est susceptible d’améliorer la vie de millions de personnes atteintes d’insuffisance cardiaque.

Santé

L’insuffisance cardiaque (IC) constitue une maladie chronique touchant 26 millions de personnes dans le monde, et ce problème ne cesse de s’amplifier. L’IC est un syndrome clinique complexe caractérisé par une incapacité du cœur à pomper suffisamment de flux sanguin pour répondre aux besoins du corps. Malgré les importantes avancées en matière de thérapie et de prévention, les niveaux de mortalité et de morbidité résultant de l’IC demeurent élevés et la qualité de vie qui s’ensuit est précaire. Le premier et le plus spécifique des indicateurs de détérioration due à une IC est l’augmentation de la pression auriculaire gauche du cœur (LAP pour «left atrial pressure»). Jusqu’à présent, il n’était possible de mesurer la LAP que dans un hôpital et le patient devait se faire hospitaliser, ce qui n’était pas adapté à un protocole de traitement quotidien, pourtant nécessaire à l’obtention d’une indication précoce de la pathologie cardiaque et au contrôle ultérieur de la maladie. Le projet V-LAP, financé par l’UE, a relevé ce défi en mettant au point un capteur numérique intracardiaque qui se loge sur le septum interventriculaire et surveille en permanence la pression auriculaire gauche, puis alerte les médecins en cas de changement potentiellement mortel. «Cette technologie proactive est capable de détecter une détérioration due à une insuffisance cardiaque avant même que les patients ne ressentent des symptômes, ce qui permet aux médecins de leur éviter plus rapidement des complications», affirme Dedi Erdheim, coordinateur du projet.

Facilité d’application et d’utilisation

Le petit dispositif en forme de tube passe par les veines du patient et se positionne à l’intérieur du cœur, via une procédure très légèrement invasive employant un cathéter standard. «Le patient doit porter une unité autour de la taille, à son domicile, pendant seulement une minute par jour, afin de charger l’implant sensoriel à distance; l’appui sur un bouton transmet les données recueillies du patient vers le cloud. Les données sont collectées, analysées et envoyées au soignant, qui peut ajuster les traitements à distance selon les besoins», explique Dedi Erdheim. La surveillance peut s’effectuer n’importe où, ce qui permet au patient de conserver une qualité de vie normale. Le «micro-ordinateur» V-LAP favorise de meilleurs résultats cliniques à travers une détection précoce, une implication plus forte, une surveillance complète et une exploitation de l’IA. Le système offre les meilleurs niveaux de traitement aux patients grâce à un traitement optimal, une autogestion de la maladie, une procédure rapide et une surveillance à distance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Passer des soins de santé réactifs à des soins proactifs

La crise actuelle du coronavirus et les recommandations en matière de distanciation sociale ont mis en exergue l’importance de la surveillance à distance des patients souffrant d’IC, qui font partie des personnes les plus à risque durant la pandémie. «Les patients équipés du V-LAP n’ont pas besoin de quitter leur domicile pour effectuer des contrôles réguliers, car leurs médecins ont un accès total aux données et peuvent ajuster les traitements à distance. Cela permet d’économiser un temps précieux et de proposer aux patients un traitement précoce et personnalisé, aidant à éviter toute détérioration de leur état», observe Dedi Erdheim. V-LAP ouvre désormais la voie à une transformation des soins de santé qui étaient jusqu’à présent réactifs, en soins proactifs. «Dans quelques années, chaque patient atteint d’une maladie cardiaque chronique sera surveillé par des microcapteurs intracorporels fixés au système cardiovasculaire, fonctionnant à distance pour rassembler des données physiologiques importantes qui permettront un meilleur traitement, suffisamment précoce pour que les personnes puissent vivre plus longtemps et dans de meilleures conditions», conclut Dedi Erdheim. «Nous constatons un vif intérêt de la part de sociétés de premier plan évoluant dans le domaine des dispositifs médicaux. Ces sociétés comprennent que cette technologie révolutionnaire peut rendre les dispositifs médicaux thérapeutiques existants bien plus intelligents en basant le traitement et la gestion des maladies cardiaques sur les données.»

Mots‑clés

V-LAP, insuffisance cardiaque, surveillance à distance, capteur, traitement personnalisé, implant

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application