Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un médicament plus sûr pour traiter l’eczéma

En mettant au point une crème non stéroïdienne pour traiter l’eczéma, une entreprise pharmaceutique a découvert que le composé peut également être utilisé pour traiter les infections respiratoires.

Santé

La dermatite atopique, également connue sous le nom d’eczéma, est une affection cutanée chronique qui se développe généralement dans la petite enfance. Selon le American Journal of Managed Care, les cas d’eczéma ont été multipliés par deux ou trois dans les pays industrialisés, touchant entre 15 et 20 % des enfants et entre 1 et 3 % des adultes dans le monde. Le principal symptôme de la maladie est une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons; toutefois, les cas graves peuvent entraîner des infections et des lésions cutanées. L’eczéma est généralement traité en évitant certains irritants, tels que le savon, et en utilisant des crèmes hydratantes et à base de stéroïdes. Mais l’utilisation prolongée de stéroïdes est susceptible de provoquer des vergetures permanentes, des ecchymoses, une décoloration et la formation de varices, ainsi qu’un amincissement de la peau. C’est pourquoi TIRmed Pharma, une entreprise pharmaceutique suédoise, a mis au point une crème sans stéroïdes. «Notre médicament non stéroïdien cible les démangeaisons légères à modérées liées à l’eczéma, il est capable de freiner l’inflammation en interférant de manière sélective avec le système immunitaire de l’organisme», explique Anna-Lena Spetz, PDG de TIRmed Pharma. «Par ailleurs, notre solution présente un excellent profil en terme de sécurité, reste abordable et peut être facilement appliquée par l’utilisateur lui-même.» Aujourd’hui, grâce au soutien du projet TIR-C, financé par l’UE, TIRmed Pharma a fait un pas de plus vers la mise sur le marché de son traitement innovant.

Évaluer la faisabilité clinique du produit

Le principal objectif du projet TIR-C était d’évaluer la faisabilité clinique de la crème non stéroïdienne conçue par TIRmed Pharma. Cela a impliqué des discussions encore en cours avec des organismes de recherche sous contrat et des chercheurs cliniques afin de confirmer le plan de développement clinique. Il s’agissait également de confirmer la voie réglementaire et les critères cliniques nécessaires pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché. «Cette partie de l’étude comprenait une évaluation des coûts et des risques pour chaque étape du processus de développement technique et clinique», explique Anna-Lena Spetz. «Nous avons également élaboré des stratégies pour étendre notre collaboration à des partenaires cliniques, de distribution et pharmaceutiques.»

De un à deux

L’un des résultats inattendus du projet a été la découverte d’un nouveau pipeline de produits. «Les résultats de la recherche ont montré que notre formule a une composante antivirale, de sorte que le plan d’affaires de TIRmed couvre désormais deux produits distincts», ajoute Anna-Lena Spetz. «En plus de notre traitement topique pour l’eczéma léger à modéré, appelé TIR-C, nous développons également TIR-A, une formule nasale pour le traitement des infections des voies respiratoires.» Ce dernier a récemment reçu une autorisation d’utilisation dans le cadre du projet Fight-nCoV, financé par l’UE, qui a pour objectif de tester l’effet des antiviraux administrés par voie intranasale contre le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de la pandémie de COVID-19.

Deux produits bien positionnés

Grâce au financement de l’UE, TIRmed Pharma dispose désormais non pas d’une, mais de deux solutions médicales innovantes. Soutenus par des plans d’affaires solides, ces deux produits sont bien placés pour attirer les investisseurs. «Nous sommes actuellement en négociation avec des investisseurs pour financer les activités de TIRmed et obtenir les brevets nécessaires», conclut Anna-Lena Spetz. «Cela comprend la réalisation pour TIR-C et TIR-A d’études essentielles de preuve de concept et l’obtention du financement nécessaire pour effectuer des essais précliniques.»

Mots‑clés

TIR-C, eczéma, médicaments, infections respiratoires, dermatite atopique, pharma, antiviraux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application