Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La prochaine génération de nanomédicaments ciblés contre le cancer et les maladies infectieuses

Les traitements contre le cancer souffrent d’un manque de spécificité et d’une faible pénétration des médicaments. Afin de surmonter ces obstacles, les chercheurs du projet INTACT ont conçu des nanoparticules biodégradables visant à combiner diagnostic et traitement.

Santé

Les traitements de référence contre le cancer, tels que la chimiothérapie, sont administrés systématiquement et entraînent des effets indésirables liés à la toxicité. Les nanoparticules offrent un moyen alternatif d’administrer des médicaments anticancéreux de manière sûre et sélective aux cellules cancéreuses.

Des nanoparticules biodégradables pour administrer des médicaments aux tumeurs

Le projet INTACT, financé par l’UE, a conçu des nanomédicaments qui renforcent l’efficacité et réduisent la toxicité d’un produit thérapeutique donné en piégeant le composé dans des nanoparticules conçues de manière rationnelle. «Nos nanoparticules CriPec® administrent l’agent thérapeutique aux tissus, aux cellules et aux composants intracellulaires cibles spécifiques, avec un profil pharmacodynamique et pharmacocinétique accru en vue d’améliorer les traitements en oncologie», explique Axel Mescheder, coordinateur du projet INTACT ainsi que PDG et CSM de Cristal Therapeutics. Les nanomédicaments CriPec® sont fondés sur une technologie exclusive de nanoparticules polymères et fournissent une grande capacité de charge, outre une stabilité et une administration contrôlées des médicaments. Plus important, ces nanoparticules sont entièrement biodégradables. Un essai clinique de phase I a démontré que les nanoparticules CriPec® présentent une distribution prolongée dans la circulation sanguine, leur permettant ainsi de cibler passivement la tumeur. Le tissu cancéreux est connu pour accumuler des macromolécules, comme des liposomes, des médicaments et des nanoparticules, à un taux plus élevé que les tissus normaux. Ce processus est appelé effet de perméabilité et de rétention accrue (EPR pour «enhanced permeability and retention»). L’effet EPR est provoqué par un système vasculaire qui fuit et un système lymphatique dysfonctionnel qui ne permet pas aux nanoparticules de s’écouler du site tumoral. Dans le cadre du projet INTACT, les partenaires ont entrepris un essai clinique de phase II pour tester le médicament candidat CPC634 chez des patientes atteintes de cancer des ovaires. Le CPC634 encapsule le docétaxel, une substance chimiothérapeutique largement utilisée pour traiter différentes tumeurs solides, dans les nanoparticules CriPec®. Les résultats ont montré une amélioration de la neutropénie dans l’administration de CPC634 par rapport aux données publiées sur le traitement systématique par docétaxel. La neutropénie sévère est un effet indésirable observé chez les patientes traitées par docétaxel et qui peut souvent aboutir à l’arrêt du traitement. Les chercheurs ont également fonctionnalisé le CPC634 avec un traceur de tomographie par émission de positons ou traceur TEP fondé sur l’isotope zirconium 89 (89Zr). Cela permet de suivre en temps réel la biodistribution des nanoparticules CriPec®. Une étude clinique utilisant ces nanoparticules radiomarquées a confirmé l’absorption accrue des nanomédicaments CriPec® dans les tumeurs.

Portée du projet et orientations futures

Les résultats du projet INTACT valident le concept de ciblage du CPC634 chez les patientes atteintes d’un cancer et l’utilité de la plateforme de nanomédecine CriPec® dans le domaine de la théranostique et de l’oncologie. Outre le docétaxel, les nanoparticules CriPec® peuvent servir à administrer d’autres traitements anticancéreux avec une toxicité moindre et une spécificité de ciblage accrue. Cela permettra à Cristal Therapeutics de collaborer avec des entreprises biopharmaceutiques développant de nouveaux médicaments oncologiques et de faire avancer la plateforme technologique de nanoparticules CriPec®. Il est important de noter que l’approche d’imagerie non invasive développée dans le cadre du projet INTACT utilisant des nanoparticules radiomarquées peut contribuer à analyser la biodistribution et le ciblage de la tumeur de nouveaux candidats avant qu’ils ne s’engagent dans le processus de développement de médicaments. «En plus de nos approches en oncologie, Cristal Therapeutics a étendu son portefeuille grâce à la nouvelle plateforme de vaccination CriVac®, qui est prête à concevoir les vaccins de demain», souligne Axel Mescheder. Cette plateforme exploite la spécificité de ciblage et le profil de sécurité des nanoparticules pour activer le système immunitaire. Globalement, les nanoparticules CriPec® devraient améliorer l’efficacité des médicaments, tout en renforçant la qualité de vie des patients et en offrant une plus grande probabilité d’améliorer le traitement et de prolonger la survie. Dans le même temps, ces nanoparticules réduiront les traitements superflus et les coûts qui y sont associés.

Mots‑clés

INTACT, cancer, nanoparticules CriPec®, docétaxel, nanoparticules radiomarquées, plateforme de vaccination CriVac®, traceur TEP, nanomédicaments ciblés

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application