Skip to main content

Glia-derived factors in innate lymphoid cell sensing and intestinal defence

Article Category

Article available in the folowing languages:

Comprendre comment les systèmes nerveux et immunitaire coopèrent

De nouvelles recherches nous montrent comment les systèmes nerveux et immunitaire «se parlent» pour préserver la santé et lutter contre les maladies.

Recherche fondamentale
Santé

Le régime alimentaire, les cellules immunitaires et le microbiote intestinal sont les ingrédients clés d’un certain nombre de fonctions vitales du corps humain. Leurs interactions permettent à notre corps d’extraire de l’énergie et des nutriments à partir des aliments que nous mangeons, nous protègent contre les micro-organismes pathogènes et maintiennent la barrière épithéliale en bonne santé. «Si ces réseaux complexes sont d’une importance vitale pour l’homéostasie, une relation hôte-microbe inadéquate peut provoquer des cancers et des maladies inflammatoires chroniques», explique Henrique Veiga-Fernandes, chercheur au Centre Champalimaud pour l’inconnu. Avec le soutien du projet GliaInnateSensing, financé par l’UE, Henrique Veiga-Fernandes s’efforce de mieux comprendre comment les systèmes nerveux et immunitaire coopèrent pour veiller à la bonne santé des tissus et assurer la guérison des maladies. «Nous utilisons des approches multidisciplinaires pour décrypter les mécanismes sous-jacents des interactions neuro-immunes dans des affections telles que l’inflammation chronique, l’infection, les troubles métaboliques et le cancer», ajoute-t-il.

Des découvertes révolutionnaires

Bien qu’il soit toujours en cours, le projet GliaInnateSensing, qui a été soutenu par le Conseil européen de la recherche, a déjà fait plusieurs découvertes décisives sur la façon dont les systèmes nerveux et immunitaire interagissent pour préserver la santé et combattre la maladie. «Nous avons démontré comment ces deux systèmes “dialoguent” dans des contextes impliquant divers organes, au service de notre santé», explique Henrique Veiga-Fernandes. L’une des principales conclusions du projet concerne le fait que les cellules gliales, qui forment une composante importante du système nerveux intestinal, interagissent avec les cellules immunitaires innées. «Cette interaction renforce les défenses du système intestinal contre les infections et protège l’organe contre les maladies inflammatoires», fait remarquer Henrique Veiga-Fernandes. D’autres résultats importants du projet concernent notamment une démonstration de la manière dont les neurones pulmonaires ordonnent aux cellules lymphoïdes innées de combattre l’infection, ainsi que la manière dont les signaux issus du cerveau et induits par la lumière communiquent avec le système immunitaire intestinal pour contrôler l’infection.

Partenaires pour le bien-être

Selon Henrique Veiga-Fernandes, il n’a pas toujours été aisé d’en arriver à ces conclusions. Par exemple, après avoir découvert que les cellules immunitaires des intestins communiquaient en permanence avec les neurones locaux, les chercheurs ont dû étoffer leurs recherches pour y inclure les signaux provenant du cerveau. Comme ce sujet sortait du domaine d’expertise du laboratoire, des collègues spécialisés dans les neurosciences ont été intégrés à l’équipe du projet. Ensemble, ils ont développé et mis en œuvre des expériences chirurgicales et génétiques afin d’étudier la façon dont le cerveau contrôle les réponses immunitaires dans l’intestin. «Nos travaux montrent comment des systèmes qu’on avait l’habitude de considérer comme des entités isolées sont en réalité des partenaires proches au service de notre bien-être», conclut Henrique Veiga-Fernandes. «Cette découverte a suscité un intérêt renouvelé et profond pour la neuro-immunologie — un intérêt qui est désormais repris par le monde universitaire et le secteur pharmaceutique.» Après avoir réussi à identifier les principaux acteurs cellulaires et moléculaires des chorégraphies neuro-immunes dans les intestins et les poumons, les chercheurs se penchent maintenant sur la manière dont ces circuits peuvent être exploités pour traiter les maladies inflammatoires, infectieuses et oncologiques.

Mots‑clés

GliaInnateSensing, système nerveux, système immunitaire, santé, bien-être, microbiote intestinal, maladies, neuro-immune, neuro-immunologie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application