Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Adopter une vision à long terme de la prévention du suicide

Un projet unique en Islande a suivi 4 000 enfants pour étudier comment l’environnement social affecte les réactions biologiques, les émotions et le comportement.

Santé

Le projet LIFECOURSE, financé par l’UE, est une étude longitudinale unique qui rassemble des informations sur les caractéristiques personnelles, sociales et biologiques de la vie des jeunes. L’objectif consiste à mieux comprendre comment ces facteurs interagissent pour influencer le développement de réactions émotionnelles telles que la dépression et l’anxiété ainsi que des comportements tels que la consommation de substances, l’automutilation, les comportements suicidaires et la délinquance chez les jeunes.

Abus de substance

«Je travaille dans ce domaine qui cherche à comprendre ce qui explique les résultats observés chez les enfants et les adolescents depuis plus de 20 ans», explique Inga Dóra, coordinatrice du projet LIFECOURSE, qui a fondé le site en islandais (Centre islandais pour la recherche et l’analyse sociale) (ICSRA) en 1999. «Bien que nous en sachions beaucoup sur les effets de l’environnement sur ces différents résultats observés, nous voyions de 5 à 10 % des enfants se perdre chaque année dans la toxicomanie, c’était donc l’un des moteurs de ce projet», remarque Inga Dóra. L’ICSRA a publié plus de 150 études au cours des deux dernières décennies, mettant l’accent sur ce qui prédit la santé mentale et le comportement chez les jeunes. Le modèle de prévention primaire pour réduire la toxicomanie chez les jeunes, maintenant utilisé dans plus de 30 pays sur les cinq continents, est basé sur ces études. L’Université de Reykjavik en Islande a fourni un excellent cadre pour le projet, car le pays est enthousiasmé par la collecte de données sociétales, son premier recensement remontant à l’année 1703. Une grande quantité de données est collectée sur des individus de la pré-naissance à l’âge adulte, mais une grande partie apparaît dans des bases de données distinctes qui ne sont pas réticulées.

De la naissance à l’adolescence

Le projet LIFECOURSE a suivi rétrospectivement l’ensemble de la cohorte d’enfants nés en 2004, soit plus de 4 000 individus, en retraçant leur vie à travers le registre des naissances, les évaluations de santé scolaire, les statistiques de chômage et de privation, et les rapports des services de protection de l’enfance. Les données ont été croisées, et des mesures supplémentaires ont été ajoutées en prélevant des échantillons de salive et en utilisant des questionnaires provenant de plus de la moitié de la cohorte à 12, 13 et 14 ans. En conséquence, les données du projet LIFECOURSE représentent la première étude de cohorte à plusieurs niveaux qui combine des données biologiques, comportementales et sociales d’avant la naissance à l’adolescence pour toute une cohorte d’adolescents. Le projet a été soutenu par un financement du Conseil européen de la recherche. «Grâce à ce financement, le projet a été rendu possible», ajoute Inga Dóra. «Sans lui, nous n’aurions pas pu faire tout cela.»

Une mine d’informations

Les principales questions auxquelles le projet LIFECOURSE cherche à répondre sont de savoir comment le stress affecte la physiologie, les émotions et le comportement, comment le niveau communautaire et le niveau de stress individuel interagissent au fil du temps et si l’impact du stress infantile est réversible. «Nous sommes en train d’analyser les données, et nous répondrons à ces questions dans de nombreux articles dans les années à venir», déclare Inga Dóra. «Ce n’est qu’une infime partie de ce que nous pourrons découvrir. Il y a des milliers de questions auxquelles nous pouvons maintenant répondre avec ces données. L’idée consistait à créer une infrastructure qui permettrait à des chercheurs poursuivant des objectifs différents de se réunir pour répondre aux questions sur la façon de planifier et de soutenir les politiques.» Inga Dóra ajoute qu’elle et son équipe contactent maintenant des chercheurs du monde entier pour collaborer avec l’ICSRA et travailler aux conclusions à tirer des données LIFECOURSE.

Mots‑clés

LIFECOURSE, Islande, social, recherche, enfants, adolescents, suicide, automutilation, comportement, cohorte

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application