Skip to main content

Nurturing Africa Digital Revolution for Agriculture

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les solutions numériques durables accompagnent la transformation du secteur agricole de l’Afrique

L’Afrique est le théâtre de changements profonds, imprimés par la jeunesse, l’urbanisation et les technologies de l’information. Cette révolution sociale et économique est à la recherche de solutions numériques durables afin de réaliser le potentiel de l’Afrique en termes d’aliments de qualité destinés à la consommation intérieure et à l’exportation sur les marchés mondiaux.

Alimentation et Ressources naturelles

Les agriculteurs africains vous diront qu’ils possèdent terre et eau. Pourquoi est-ce donc si difficile d’en vivre? La réponse est simple: ils n’ont pas d’argent. Ils ne disposent pas des ressources nécessaires pour travailler la terre, en particulier pendant la période des récoltes.

Apporter des solutions numériques aux agriculteurs africains

Le projet NADiRA, financé par l’UE, contribue au développement de l’agriculture en Afrique grâce à des solutions numériques durables. Cette transformation passe par l’industrialisation de l’intégration des produits d’observation de la Terre provenant des données des capteurs Copernicus sous la forme de l’Internet des objets et de dispositifs mobiles qui donnent aux parties prenantes les informations clés pour investir dans les petites exploitations agricoles. «Les technologies numériques offrent une occasion unique de transformer et de protéger l’agriculture en Afrique. Le développement de nouveaux écosystèmes au sein des chaînes de valeur des petits exploitants permet d’améliorer la transparence, l’intégration et l’efficacité», explique Daniel Annerose, PDG de Manobi Africa, partenaire clé du projet. Cette innovation numérique réduira les risques liés à l’investissement pour les acteurs du monde de l’agro-alimentaire, notamment les banquiers, les assureurs, les fournisseurs d’intrants et les transformateurs alimentaires, tout en contribuant à accroître la disponibilité du crédit et à améliorer la productivité des petits exploitants. «Imaginez pouvoir réduire les taux d’intérêt des prêts accordés aux petits exploitants, aujourd’hui très élevés en Afrique — compris entre 20 et 30 %. Nous rendrions ainsi un service fantastique aux petits exploitants agricoles. Car, ce dont ils ont besoin par-dessus tout, c’est de l’argent», précise Pierre Sibiry Traoré, partenaire du projet.

Un examen plus approfondi des outils numériques

Le projet exploite les outils numériques de ses partenaires, à savoir la plateforme agCelerant™ pour les entreprises agricoles et la plateforme Geospatial Exploitation Software (GEP) de Spacebel, qui offrent une occasion unique de transformer et de protéger l’agriculture en Afrique dans trois domaines importants: le suivi de l’agriculture en temps réel, le développement d’un marché du travail rural innovant et l’inclusion équitable. Le projet NADiRA a contribué à relier les plateformes GEP et agCelerant™, ce qui permet l’organisation, la découverte, la collecte et la gestion de grandes quantités de données géoréférencées dans un système de traitement complètement automatisé. Cette solution complète qui combine des outils numériques et un modèle d’entreprise innovant permet la détection simultanée d’événements agricoles au niveau du terrain, le suivi de la réponse des cultures et les prévisions de production sur la base des flux de données de terrain et d’observation de la Terre. Ces deux flux de données sont essentiels pour l’exploitation opérationnelle et l’évolutivité, en particulier lorsqu’il s’agit d’une agriculture diversifiée assurée par des petits exploitants.

Les projets pilotes à l’épreuve

Le consortium a déployé trois pilotes de surveillance des saisons de culture en 2018 et 2019 visant à tester sa technologie numérique et son modèle d’entreprise. Les données reçues leur ont permis de s’adapter et de régler tout problème susceptible de surgir. Grâce à des expérimentations de terrain au Nigeria et au Sénégal, le projet a démontré le rôle crucial des satellites Copernicus dans la gestion technique et économique des chaînes de valeur des petits exploitants agricoles. La reproduction fructueuse partout en Afrique de la solution proposée par le consortium NADiRA devrait avoir des retombées socio-économiques directes ainsi que des répercussions politiques indirectes, qui seront bénéfiques pour les partenariats stratégiques entre l’Europe et l’Afrique. Parmi les retombées socio-économiques escomptées, citons un accroissement de la productivité de plus de 15 %, un renforcement de la sécurité alimentaire et le développement des perspectives d’emploi des jeunes du secteur agricole. Les résultats du projet créeront également une capacité d’innovation, étant donné que la plateforme numérique de NADiRA sera ouverte aux scientifiques et aux développeurs de services. Grâce à l’organisation mise en place, à l’abondance grandissante des données et des outils mis à disposition par la plateforme, les scientifiques et les développeurs de services seront à même de développer leurs propres capacités — aux stades préconcurrentiel et concurrentiel. «L’agriculture est le premier domaine visé, mais la plateforme s’élargira progressivement à d’autres domaines thématiques tels que la sylviculture, la gestion de l’eau et la surveillance de l’environnement», conclut Bernard Stevenot, coordinateur du projet.

Mots‑clés

NADiRA, Afrique, agriculture, observation de la Terre, solutions agricoles numériques, petites exploitations agricoles

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application