Skip to main content

Converting DCs in Energy Flexibility Ecosystems (CATALYST)

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une nouvelle plateforme intelligente en matière de carbone aide les centres de données à façonner un avenir plus durable

Les centres de données pourraient faire bien plus que compiler et stocker des données: ils pourraient utiliser des énergies renouvelables pour répartir l’informatique sur plusieurs centres, permettant ainsi de réduire à la fois les coûts et les émissions de carbone. Tout ce qui reste immobile et sert surtout à collecter de la poussière, comme les systèmes de secours sur batterie, pourrait également devenir un atout écologique et générateur de valeur.

Économie numérique
Énergie

Les centres de données, des espaces sans fenêtres, anonymes, remplis de serveurs informatiques qui collectent, stockent, transfèrent et traitent les données, sont devenus les usines à informations de l’économie numérique. Avec l’explosion de la demande mondiale de données, leur empreinte écologique pourrait atteindre plus d’un cinquième de l’énergie mondiale totale dans un avenir proche. Approvisionner un centre de données en énergie renouvelable serait non seulement louable, mais s’avère également indispensable si l’on souhaite bâtir un avenir plus durable. «Les fournisseurs de centres de données ont besoin de nouvelles sources de revenus dont l’origine serait extérieure à leur activité principale. Ils doivent saisir les nombreuses opportunités découlant de l’évolution des énergies renouvelables et investir dans celles-ci pour réduire leur empreinte carbone», note Diego Arnone, coordinateur du projet CATALYST, financé par l’UE.

Pas tape-à-l’œil, mais intégré aux villes intelligentes

Loin des simples installations de stockage du passé, les centres de données pourraient jouer un tout nouveau rôle au sein des réseaux des villes intelligentes. «Les centres de données sont susceptibles de servir de centres multi-marchandises en fournissant des services flexibles aux principales parties prenantes d’une ville intelligente, telles que les opérateurs de systèmes de distribution et autres prosommateurs d’énergie. En développant des technologies appropriées, qui exploiteraient la redondance intrinsèque des équipements des centres de données, ces derniers seraient en mesure de fournir des services énergétiques innovants qui n’affecteraient en rien leurs performances de fonctionnement de base. C’est un concept tout nouveau qui offre aux fournisseurs de centres de données la possibilité de gagner de l’argent en investissant dans les énergies renouvelables», ajoute Diego Arnone. Jusqu’à présent, les quelques solutions pratiques déployées sur site dans les centres de données ne sont généralement pas à la hauteur des données particulièrement prometteuses obtenues en laboratoires. La fragmentation technologique, les dépenses d’investissement excessives et l’absence de modèles commerciaux appropriés empêchent les centres de données de sauter le pas vers les énergies renouvelables. En s’appuyant sur des succès précédents, CATALYST a dévoilé une nouvelle plateforme intelligente en matière de carbone, susceptible de transformer les centres de données existants et futurs en pôles flexibles multi-énergies.

Un écosystème de flexibilité énergétique

Le nouveau cadre de CATALYST permet aux centres de données de ne pas être de simples charges sur le réseau, mais plutôt de générer de la valeur. Il évalue différents types de services flexibles (électricité, chaleur et charge informatique) et les négocie sur un marché de produits multiples. En travaillant plus largement avec des sources d’énergie sans carbone comme le solaire et l’éolien, les tâches de calcul pourraient être transférées à d’autres centres de données afin de trouver les prix les plus bas en termes d’énergies renouvelables. «Ce modèle de “suivi de l’énergie” permet aux centres de données de tirer parti de l’arbitrage des prix de l’énergie en déplaçant la charge informatique entre les zones géographiques desservies par différents centres de données et opérateurs de réseaux. Les zones où la production d’énergie renouvelable est excédentaire nécessitent une stratégie opposée - réponse à la demande inverse - où elles sont incitées à augmenter la demande», explique Diego Arnone. L’objectif ultime est de rapprocher la consommation de l’énergie de ses sources de production et de faire correspondre la consommation à une énergie 100 % renouvelable. Les systèmes de secours sur batterie sous-utilisés pourraient également fournir des services au réseau. Par exemple, ils pourraient aider à répondre à la demande d’électricité 24 heures sur 24, à aplanir les petits pics et creux de la demande et à prévenir les écarts par rapport à la fréquence nominale du réseau intelligent. La plateforme de CATALYST est susceptible de permettre la mise en place de nouveaux mécanismes de marché numérique, ils se présenteraient sous la forme d’outils de type «marché en tant que service» et contribueraient à promouvoir de nouveaux modèles commerciaux. En outre, elle est susceptible d’être adaptée à tout type de centre de données - distribué, calcul haute performance, colocation et traditionnel - et à toute architecture.

Mots‑clés

CATALYST, centre de données, énergie renouvelable, réseau, ville intelligente, batterie de secours, marché en tant que service

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application