Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Article available in the following languages:

Une protection contre le SARS-CoV-2 et ses variants grâce à un double anticorps

Des chercheurs soutenus par l’UE ont développé un double anticorps de seconde génération qui cible deux sites différents du virus SARS-CoV-2. Dans des essais sur des modèles murins, l’anticorps a offert une protection contre le virus et ses variants, et a stoppé ses mutations.

Santé icon Santé

Une équipe internationale de chercheurs a développé un double anticorps qui protège contre le SARS-CoV-2 et ses variants. Et cela va encore plus loin: il empêche le virus de muter pour développer une résistance aux antibiotiques et à d’autres médicaments. Grâce au soutien du projet ATAC financé par l’UE, les chercheurs ont constaté l’efficacité de l’anticorps pour neutraliser le SARS-CoV-2 et ses variants sur des souris, et pour empêcher le virus de contourner l’action des anticorps. Leurs résultats ont été publiés dans la revue «Nature».

Une double attaque contre le virus

Bien que l’immunothérapie basée sur les anticorps se soit révélée efficace contre la COVID-19, elle doit encore répondre au problème des multiples variants du virus qui circulent déjà dans le monde entier, ainsi qu’à la formation potentielle de nouveaux variants. Pour répondre à ce problème, les scientifiques ont combiné deux anticorps naturels pour créer une molécule artificielle nommée anticorps bispécifique, capable de se lier simultanément à deux sites indépendants du virus. «Nous avons exploité nos connaissances de la structure moléculaire et des traits biochimiques du virus pour fusionner deux anticorps humains, avec à la clé une molécule bispécifique unique qui attaque simultanément le virus au niveau de deux sites indépendants, d’une importance cruciale pour l’infectivité», a déclaré Luca Varani, co-auteur de l’étude, de l’Institut de recherche en biomédecine (IRB) en Suisse, partenaire du projet ATAC, dans un communiqué de presse publié sur le site web de l’IRB. «Des simulations par superordinateur nous ont permis d’affiner et de valider la conception de l’anticorps bispécifique, qui a été par la suite produit et testé en laboratoire. Bien que le virus puisse muter et échapper à l’attaque d’un seul anticorps de première génération, nous avons prouvé qu’il était vulnérable à la double action de l’anticorps bispécifique.»

Une protection instantanée contre la COVID-19

Au cours des essais précliniques, l’anticorps a neutralisé le SARS-CoV-2 et des variants tels que celui récemment découvert au Royaume-Uni avant de se propager à travers la Suisse et en Europe. Une seule injection sur des souris a suffit à leur fournir une protection immédiate contre la maladie. «L’anticorps réduit de manière efficace la charge virale dans les poumons et atténue l’inflammation typique de la COVID-19», a expliqué dans le même communiqué de presse le co-auteur Daniel Ruzek, du Centre de biologie de l’Académie des sciences tchèque. Dans la mesure où le SARS-CoV-2 continuera à muter, la population mondiale a besoin de traitements efficaces sur tous les variants du coronavirus. «Le développement de cet anticorps signifie que nous pouvons garder une longueur d’avance sur le virus», a observé la co-autrice Qiang Pan-Hammarström de l’institut Karolinska en Suède, coordinateur du projet, dans un article publié sur le site web de l’université de médecine. L’anticorps développé dans le cadre du projet ATAC (Antibody therapy against coronavirus (COVID-19)) constitue le premier anticorps humain bispécifique créé pour lutter contre le virus SARS-CoV-2. «Le fait que certaines personnes ne répondront pas favorablement aux vaccins et qu’il faudra peut-être quelques années avant que l’ensemble de la population mondiale soit vaccinée contre la COVID-19 signifie qu’il y aura à l’avenir un besoin de médicaments capables de nous protéger contre la maladie ou de constituer un traitement contre celle-ci», conclut Qiang Pan-Hammarström. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet ATAC

Mots‑clés

ATAC, coronavirus, anticorps, virus, bispécifique, variant, SARS-CoV-2, COVID-19

Articles connexes

Actualités
Progrès scientifiques
Retarder ou refuser la vaccination contre la COVID‑19: l’impact de la désinformation
Santé icon

30 Juin 2022

Actualités
Progrès scientifiques
Images 3D rapides des structures cellulaires infectées par un coronavirus
Santé icon

24 Janvier 2022

Actualités
Progrès scientifiques
Analyser la circulation sanguine chez des patients présentant une forme grave de la COVID-19
Santé icon

19 Janvier 2022

Actualités
Progrès scientifiques
Quelle est l’efficacité du mélange des vaccins contre la COVID-19?
Santé icon

1 Septembre 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Le variant britannique est 45 % plus contagieux, mais l’espoir demeure
Santé icon

14 Juin 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Percer les mystères de la COVID-19 et de son effet sur le système immunitaire
Santé icon

9 Juin 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Une image plus claire du processus d’infection au coronavirus pour développer de meilleurs traitements à l’avenir
Santé icon

1 Juin 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Les mutations de SARS-CoV-2 déjouent les efforts des cellules tueuses du corps
Santé icon

19 Mars 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Examiner la structure du coronavirus pour améliorer l’efficacité des médicaments antiviraux
Santé icon

22 Février 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Un modèle mathématique ouvre la voie à des traitements plus efficaces de la COVID-19
Santé icon

22 Janvier 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Un médicament contre l’arthrite donne de l’espoir aux patients gravement infectés par la COVID-19
Santé icon

12 Janvier 2021

Actualités
Progrès scientifiques
Trouver des vulnérabilités communes aux trois coronavirus mortels mondiaux
Santé icon

29 Octobre 2020

Actualités
Progrès scientifiques
Une nouvelle protéine hôte montre la voie vers un potentiel traitement contre la COVID‑19
Santé icon

23 Octobre 2020

Actualités
Progrès scientifiques
Bilan des recherches dans le cadre de la lutte contre la COVID-19
Santé icon

5 Octobre 2020