Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une méthode durable pour la production d’amines à partir des déchets agricoles et forestiers

Les amines constituent une classe cruciale de produits chimiques, largement présents dans les produits pharmaceutiques, les produits agrochimiques et les tensioactifs. Toutefois, nous ne sommes pas parvenus à formuler une approche systémique pour obtenir cette classe essentielle de composés à partir de sources renouvelables. Le projet CatASus entend changer cet état de fait en permettant de produire des amines à partir d’alcools, eux-mêmes dérivés de ressources renouvelables, plus spécifiquement de déchets de lignocellulose.

Recherche fondamentale

La lignocellulose, une matière sèche végétale, constitue la matière première la plus abondamment disponible sur Terre pour la production de biocarburants, principalement du bioéthanol. Elle est produite en grandes quantités à partir de déchets agricoles et forestiers, mais n’est pour le moment pas entièrement valorisée en raison de sa structure complexe. Le projet CatASus (Cleave and couple: Fully sustainable catalytic conversion of renewable resources to amines), financé par le CER, mené au sein de l’Université de Graz, en Autriche, vise à résoudre ce problème en développant une méthode innovante et efficiente pour dépolymériser (décomposer) la lignocellulose en produits chimiques plateformes, puis à les convertir en composés utiles, dont principalement en amines (un composé contenant du nitrogène). Cela s’avèrerait extrêmement bénéfique dans la mesure où les amines, omniprésents dans l’industrie chimique, sont fortement demandés en chimie des polymères médicaux, et en tant qu’intermédiaires chimiques fins. En utilisant la lignocellulose, la production d’amines pourrait devenir totalement durable. CatASus entend proposer des approches révolutionnaires de la catalyse, nécessaires pour fonder une toute nouvelle plateforme de valorisation de la lignine. Le projet met principalement l’accent sur des catalyseurs reposant sur des matériaux abordables et disponibles en abondance sur Terre, par rapport à des méthodes qui emploient des métaux précieux onéreux qui se raréfient et pourraient bien totalement disparaître dans les prochaines décennies. Bien que la production d’amines à travers une chaîne de valorisation innovante et totalement durable basée sur des déchets représente déjà une innovation significative, les résultats du projet ouvriraient également la voie à des avantages économiques substantiels, en créant de nouvelles sources de revenus pour les secteurs agricoles et chimiques, tout en contribuant à la croissance d’une bioéconomie européenne. Le projet CatASus a démarré en mai 2016 et devrait se terminer en avril 2022.

Mots‑clés

CatASus, lignocellulose, amines, catalyse, valorisation de la lignine, bioéconomie