Skip to main content

Reward revisited: Towards a comprehensive understanding of motivational influences on human cognition

Article Category

Article available in the folowing languages:

La science de la motivation

Des chercheurs se basent sur des données comportementales et de neuro-imagerie pour jeter un nouvel éclairage sur la manière dont les récompenses extrinsèques façonnent le comportement humain.

Recherche fondamentale

Il est reconnu que les humains ont tendance à être motivés de manière extrinsèque, notamment par des incitations monétaires. «L’argent est un moteur important pour la plupart des gens et constitue donc un excellent exemple de motivation extrinsèque», explique Ruth Krebs, professeure de psychologie à l’université de Gand. Des recherches menées à la croisée de la psychologie et des neurosciences ont démontré que les incitations monétaires peuvent améliorer nos fonctions cognitives. «Ceci inclut notre attention visuelle, la résolution des conflits et la formation de la mémoire», explique Ruth Krebs. «Cependant, même avec ces observations, nous ne comprenons toujours pas complètement la manière dont la perspective d’une récompense se transforme en divers avantages cognitifs.» Avec le soutien du projet REMOTIVATE financé par l’UE, Ruth Krebs intègre des données comportementales et de neuro-imagerie afin de mieux comprendre la manière dont les signaux de récompense affectent la cognition humaine.

Surmonter les défis

Selon Ruth Krebs, le plus grand défi de ce projet soutenu par le CER a été de recueillir des données de neuro-imagerie à partir de petites structures cérébrales dans le système de la dopamine et de la norépinéphrine. «Ces neurotransmetteurs jouent un rôle fondamental dans le traitement de la récompense et d’autres stimuli pertinents pour le comportement», explique-t-elle. Bien que son équipe ait réussi à isoler ces régions à l’aide de séquences d’imagerie spécialisées, le rapport signal/bruit est intrinsèquement faible, ce qui rend les données recueillies moins probantes que celles qui pourraient être extraites de régions cérébrales plus vastes. En dépit de cet écueil, le projet a révélé des résultats très importants. «L’une de nos principales conclusions est que la perspective d’être récompensé peut en fait avoir un effet négatif sur les performances des gens», révèle Ruth Krebs. Ainsi, le projet a permis de constater qu’un signal de récompense peut déclencher une réponse d’approche, même lorsque l’individu a reçu l’instruction explicite de faire le contraire (c’est-à-dire une réponse d’évitement). Selon Ruth Krebs, «cette observation renvoie probablement à un avantage évolutif de l’approche de stimuli gratifiants et pourrait expliquer pourquoi il est difficile de résister à de tels événements dans la vie quotidienne». L’équipe de recherche a également démontré que les stimuli sociaux affectent de la même manière les performances des individus, même si ces stimuli n’impliquent pas de valeur monétaire. «Ce chevauchement indique que l’effet des incitations monétaires sur la cognition humaine est moins unique que nous le pensions auparavant», ajoute-t-elle.

Une source d’inspiration pour les recherches futures

Pris ensemble, ces résultats ont entrainé une discussion animée et critique sur la façon dont les récompenses extrinsèques peuvent façonner le comportement humain. «Les effets de la récompense ne sont pas seulement un sujet de psychologie et d’économie. Ils ont également un impact quotidien dans l’éducation et sur le lieu de travail», conclut Ruth Krebs. «J’espère que nos résultats pourront inspirer de futures recherches dans ces domaines appliqués.» À ce propos, Ruth Krebs a déjà abordé un nouvel axe de recherche portant sur le rôle que joue la motivation dans la poursuite d’objectifs liés à l’environnement et à la durabilité.

Mots‑clés

REMOTIVATE, science, motivation, neuro-imagerie, motivation extrinsèque, comportement humain, psychologie, neuroscience, incitations monétaires, cognition

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application