Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L’avenir des exploitations agricoles familiales en Irlande

Comment les exploitations familiales irlandaises peuvent-elles être davantage viables et comment encourager la jeune génération à s’impliquer dans l’entreprise familiale? Grâce à l’agriculture biologique, affirme une nouvelle étude financée par l’UE.

Société
Alimentation et Ressources naturelles

Les exploitations familiales jouent un rôle essentiel dans le développement rural et le secteur agricole. Elles renforcent la compétitivité et la durabilité des économies rurales, garantissent la sécurité alimentaire, améliorent les moyens de subsistance et protègent l’environnement. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a fait des agriculteurs familiaux les artisans du changement dont le monde a besoin pour parvenir à éradiquer la famine, à améliorer la résilience de la planète et à assurer un développement durable. Malheureusement, le nombre d’exploitations familiales est en baisse dans toute l’Europe, car les agriculteurs sont confrontés à des problèmes liés au changement climatique, à la viabilité, aux changements structurels et à la transmission de l’exploitation à la génération suivante. Les jeunes agriculteurs ne parviennent souvent pas à reprendre l’exploitation familiale en raison de problèmes liés à la viabilité de l’exploitation et à l’absence de pratiques agricoles innovantes telles que l’agriculture biologique. Bien que l’agriculture biologique soit en progression constante dans la majeure partie de l’Europe, ses progrès en Irlande sont à ce jour encore très limités. Une nouvelle étude menée dans le cadre du projet RURALIZATION financé par l’UE se penche désormais sur l’impact de l’agriculture biologique sur la viabilité des exploitations et la succession dans les exploitations familiales irlandaises. Les résultats de la recherche ont été publiés dans la revue «Sustainability». Les chercheurs de l’Université nationale d’Irlande à Galway (NUI Galway), partenaire du projet RURALIZATION, ont réalisé une étude de cas qualitative auprès d’un groupe d’agriculteurs biologiques irlandais participant au projet Maximising Organic Production System (MOPS) du Partenariat européen d’innovation «Productivité et développement de l’agriculture» (PEI-AGRI). L’étude de cas a consisté en une approche par étapes, qui a commencé par une analyse documentaire, suivie d’entretiens semi-structurés et d’un groupe de discussion, puis d’une séance de retour d’information finale.

L’agriculture biologique en tant que catalyseur

L’étude a révélé que l’adoption de pratiques innovantes renforce non seulement la viabilité des exploitations agricoles, mais encourage également la prochaine génération de jeunes agriculteurs à prendre la relève et à perpétuer la tradition agricole de la famille. «Il est également apparu qu’il existe des opportunités, non seulement dans la trajectoire de développement des producteurs biologiques existants, mais, surtout, que l’agriculture biologique peut servir de catalyseur pour attirer de nouveaux acteurs dans le secteur agricole», affirment les auteurs de l’étude. «Ceci constitue un aspect particulièrement important car elle deviendra très probablement une contributrice essentielle pour garantir la réalisation des projections de croissance ambitieuses et difficiles pour le secteur qui sont définies dans la stratégie “de la ferme à la table” de l’Union européenne.» Selon les chercheurs de NUI Galway, le modèle présenté par le projet MOPS «peut contribuer à une plus grande durabilité économique et environnementale de l’horticulture biologique en Irlande. La production collaborative soutenue par cette initiative dans les fermes aide les producteurs horticoles à adapter leur production aux demandes du marché. L’accent mis sur l’utilisation croissante de cultures en couverture vertes et sur la réduction des apports externes de nutriments favorise une plus grande durabilité environnementale.» L’étude de cas de RURALIZATION (Ouvrir des zones rurales pour renouveler les générations rurales, les emplois et les exploitations agricoles) a également montré comment le fait de traiter les questions liées à la viabilité des exploitations agricoles par le biais d’une coopération de groupe peut contribuer à améliorer la viabilité, avec des avantages supplémentaires en termes de partage des connaissances et d’innovation dérivés. «Un autre résultat important», écrivent les auteurs, «est le passage du successeur à l’agriculture biologique. Ceci est pertinent pour la politique. Un soutien ciblé qui encourage le retour du successeur pourrait attirer vers l’agriculture ceux qui l’ont quittée pour poursuivre des études ou trouver un emploi ailleurs. Il s’agit potentiellement d’une voie plus large pour la politique, qui identifie les différents types de successeurs et de nouveaux entrants, et cible les aides en fonction de leurs besoins.» Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet RURALIZATION

Mots‑clés

RURALISATION, ferme, agriculture, agriculture biologique, ferme familiale, succession agricole, rural

Articles connexes