Skip to main content

Organic Knowledge Network on Monogastric Animal Feed

Article Category

Article available in the folowing languages:

Partage des connaissances et des techniques entre les exploitations biologiques européennes

L’industrie européenne de la viande et du lait est fortement tributaire des importations de produits à base de soja pour l’alimentation animale. Une base de données unique en son genre aide les agriculteurs biologiques à passer à une alimentation animale 100 % biologique.

Alimentation et Ressources naturelles

Chaque année, l’UE importe près de 14 millions de tonnes de soja pour nourrir les poulets, les bovins et les porcs. Cela représente un défi particulier pour les producteurs biologiques, qui souhaitent éviter les problématiques en matière d’environnement et de durabilité liées à la production étrangère de soja, comme la déforestation tropicale. Le projet OK-Net EcoFeed (Organic Knowledge Network on Monogastric Animal Feed), financé par l’UE, a étudié les sources alternatives d’alimentation animale à haute teneur en protéines qui contribueront à réduire la dépendance de l’Europe vis‑à‑vis des importations de protéines pour l’alimentation animale.

Des idées novatrices

«Nous diffusons l’innovation à travers l’Europe», explique Ambra De Simone, coordinatrice du projet. «Nous nous attachons à mettre en place un réseau de parties prenantes, à rassembler les connaissances actuelles et à mettre en évidence les solutions qui pourraient être utiles dans toutes les régions.» Le projet, coordonné par le groupe régional de l’Union européenne International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM Organics Europe), a réuni un consortium de 18 partenaires dans 12 pays. Parmi ceux‑ci figurent des producteurs de produits transformés destinés à l’alimentation animale, des agriculteurs, des instituts de recherche, des universités et des agences consultatives. Dans le cadre du précédent projet OK-Net Arable, financé par l’UE, des centaines de pages de matériel ont été produites et rendues accessibles aux agriculteurs sur la plateforme Organic Farm Knowledge (OFK), identifiant des solutions potentielles qui leur permettraient d’accroître leurs récoltes. «La transition vers l’alimentation animale était la prochaine étape évidente à franchir», ajoute Ambra De Simone. La plateforme OFK facilite l’accès convivial à un large éventail d’outils et de ressources pratiques, notamment des documents audio, des ouvrages, des rapports, des brochures, des directives et des vidéos, et favorise l’échange de connaissances entre agriculteurs, conseillers agricoles et scientifiques. Au cours du projet OK-Net EcoFeed, la plateforme a été étendue pour inclure du matériel sur l’alimentation animale durable. «L’une des principales choses à faire était de se renseigner sur ce qui fonctionnait dans une région et de l’adapter d’une manière ou d’une autre pour que cela fonctionne dans une autre région», explique Ambra De Simone. «Il a fallu dans un premier temps rassembler tous les systèmes existants. Les chercheurs ont ensuite étudié ceux qui étaient susceptibles de s’appliquer à différentes régions.»

Suggestions

Le projet a réalisé 18 essais de terrain sur d’autres options en matière d’aliments pour animaux, impliquant plus de 9 000 poulets et 1 000 porcs. «La disponibilité des protéines représente un problème majeur dans l’agriculture biologique», ajoute Ambra De Simone. «La plupart des aliments sont à base de soja et ne sont pas durables pour le bio; nous avons essayé de trouver d’autres sources de protéines.» Parmi celles‑ci, Camelina sativa, une culture oléagineuse apparentée au lin, a été étudiée par les chercheurs de l’Association italienne pour l’agriculture biologique (site web en italien) (AIAB). En Espagne, Ecovalia (site web en espagnol) a utilisé la levure de bière riche en protéines comme complément alimentaire pour les porcs. Le consortium a également développé un outil de planification des rations, une application Excel qui permet aux agriculteurs de calculer leurs propres besoins en alimentation pour les animaux en fonction de la race des animaux qu’ils possèdent, de leur stade de croissance et du type d’aliments qu’ils utilisent. «Il s’agit du seul logiciel gratuit qui répond de manière adéquate aux besoins des producteurs d’animaux biologiques», explique Ambra De Simone. «Les calculs sont indépendants de l’industrie de l’alimentation animale et sont adaptés aux conditions spécifiques de l’agriculture biologique.» Le groupe cherche désormais à obtenir des fonds supplémentaires pour le développement et la maintenance ultérieurs de la plateforme OFK, qui regroupe des informations sur plus de 2 000 solutions agricoles. «Tout a commencé par les cultures arables et l’alimentation animale, mais de nombreux autres projets nous rejoignent», conclut Ambra De Simone. «Nous avons l’ambition de devenir la principale plateforme européenne d’échange de connaissances sur l’agriculture biologique.»

Mots‑clés

OK-Net EcoFeed, soja, oléagineux, protéines, alimentation animale, poulet, bovin, porc, biologique, exploitation agricole, connaissances, plateforme

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application