Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des avancées notables dans la détection des rythmes cardiaques erratiques

Selon une étude récente, un nouveau modèle combiné d’électrocardiogramme (ECG) et de radiomique devrait faciliter la détection de la fibrillation auriculaire (FA) chez les femmes.

Économie numérique
Santé

Des recherches novatrices soutenues par les projets euCanSHare et HealthyCloud, financés par l’UE, ont mis en évidence l’efficacité d’un modèle combinant les caractéristiques de l’ECG et les données radiomiques dérivées de l’imagerie cardiaque, qui présente le potentiel d’améliorer la détection de la FA chez les femmes. L’étude a été publiée dans la revue «Scientific Reports». La FA est un trouble cardiaque caractérisé par un rythme cardiaque irrégulier et souvent anormalement rapide. Elle survient lorsque des impulsions électriques anormales se produisent soudainement dans les cavités supérieures du cœur, ou oreillettes, et les font battre de façon désynchronisée avec les cavités inférieures, ou ventricules. La FA est susceptible d’engendrer différents maux, tels que des étourdissements, un essoufflement et de la fatigue. Elle accroît par ailleurs le risque d’accident vasculaire cérébral et d’insuffisance cardiaque. Le principal outil clinique pour diagnostiquer la FA est l’ECG, largement utilisé pour repérer les anomalies des rythmes et des formes d’ondes cardiaques. Toutefois, comme le rapportent les auteurs dans leur étude, «un ECG enregistré à un moment particulier peut ne pas détecter une FA paroxystique chez les individus», c’est-à-dire des épisodes de FA intermittente qui se terminent dans les sept jours, d’eux-mêmes ou grâce à un traitement. Un autre outil, l’imagerie par résonance magnétique cardiaque (RMC), joue un rôle important dans l’évaluation de la fonction et de la structure du système cardiovasculaire. Par ailleurs, la radiomique RMC a suscité un grand intérêt en raison de son potentiel à améliorer la précision du diagnostic grâce à sa capacité à extraire un grand nombre de particularités des images médicales en s’appuyant sur des algorithmes de caractérisation des données.

Mieux qu’un simple ECG

Si les caractéristiques de l’ECG et de la radiomique RMC étaient combinées, cela améliorerait-il la détection de la FA? C’est la question à laquelle les chercheurs ont tenté de répondre. À cette fin, ils se sont appuyés sur les informations d’une base de données de santé à grande échelle appelée UK Biobank. Un total de 32 121 participants d’un âge moyen de 63 ans ont été inclus dans l’étude. Il est estimé que 51 % étaient des femmes. Parmi tous les participants, 495 présentaient une FA prévalente. «La cohorte de FA comprenait une plus grande proportion d’hommes (69,3 %), des individus légèrement plus âgés, avec une plus grande charge de comorbidité et un IMC plus élevé», rapporte l’étude. L’équipe de recherche a constaté que son modèle intégratif combinant la radiomique et l’ECG obtenait de meilleurs résultats que l’ECG seul, en particulier chez les femmes. «L’ECG présentait une performance plus faible chez les femmes que chez les hommes… mais en ajoutant des caractéristiques radiomiques, la précision du modèle a pu être améliorée de manière significative.» L’ajout de la radiomique a conduit à une augmentation considérable de la sensibilité dans le cas des femmes, ce qui a permis une meilleure détection des événements de FA. «Nos résultats apportent un éclairage nouveau sur le remodelage électro-anatomique lié à la FA et ses variations selon le sexe. Le modèle intégratif radiomique-ECG représente également une nouvelle approche potentielle pour la détection précoce de la FA», concluent les auteurs. Le projet euCanSHare (An EU-Canada joint infrastructure for next-generation multi-Study Heart research) travaille actuellement à l’élaboration de la première plateforme centralisée et sécurisée de partage et d’analyse de données dans le domaine de la recherche cardiovasculaire. En intégrant les principales sources de données cardiovasculaires d’Europe et du Canada, le projet accélérera les efforts de recherche axés sur les données dans ce secteur. Le projet HealthyCloud (HealthyCloud – Health Research & Innovation Cloud), quant à lui, entend élaborer un programme stratégique incluant notamment une feuille de route prête à être mise en œuvre pour l’écosystème en nuage de la recherche et de l’innovation dans le secteur de la santé. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet euCanSHare site web du projet HealthyCloud

Mots‑clés

euCanSHare, HealthyCloud, cœur, fibrillation auriculaire, électrocardiogramme, ECG, radiomique, cardiovasculaire

Articles connexes