Skip to main content

T cell immunity and ageing

Article Category

Article available in the folowing languages:

Expression génétique dans les cellules T vieillissantes

Les connaissances concernant le vieillissement physiologique du système immunitaire humain pourraient offrir des informations concernant le vieillissement sain des personnes. Une équipe de scientifiques s'est penchée sur le vieillissement spécifique des populations de cellules T en relation avec l'expression génétique et a utilisé ces données afin d'élaborer la conception expérimentale nécessaire.

Santé

Le processus de vieillissement est complexe et multifactoriel. Ainsi, il n'est pas surprenant que le disfonctionnement cellulaire, responsable de la détérioration des tissus, des organes et du système soit très complexe. En quête de réponse à ces questions, le projet européen T-CIA a étudié le vieillissement du système immunitaire humain et plus particulièrement des lymphocytes T. Ces derniers jouent un rôle primordial dans l'immunité cellulaire; c'est pourquoi ils constituent un facteur critique pour un vieillissement sain. Dans le cadre de ce projet, les partenaires de l'université de Bologne en collaboration avec le groupe Unilever de Colworth ont réalisé des études de génomique sur les échantillons de cellules T. Parmi les groupes étudiés figurent des jeunes en bonne et moins bonne santé ainsi que des donneurs plus âgés. Les scientifiques ont tenté de déterminer s'il existait des différences dans l'expression génétique entre les différents groupes. Ces différences ont été mesurées par l'expression de l'ARN à l'aide de l'analyse de données de puces à ADN, une technique d'analyse à haut débit qui permet l'identification des produits moléculaires de l'expression génétique. La possibilité d'analyser une si grande quantité de données ouvre la voie à une conception expérimentale en ce qui concerne la validité statistique et d'échantillonnage. Les partenaires du projet ont donc dû prendre en considération la variabilité spécifique aux individus, autrement dit la variation intra-individuelle. Ils ont comparé la variation intra- et interindividuelle au sein d'un groupe de jeunes personnes en bonne santé; la variabilité individuelle a ensuite été exprimée à l'aide d'un rapport de variance. La gamme de cellules T, et leur fréquence relative au sein d'un individu, constitue l'un des autres facteurs ayant pu avoir une interférence avec la signification statistique des résultats. Par conséquent, les chercheurs ont évalué les types de cellules T en relation avec l'immunosénescence proportionnellement aux deux types de cellules T accompagnées de leurs cellules immunocompétentes. En outre, les scientifiques ont pu extraire une liste des gènes les plus intéressants et ont donc donné naissance à une signature moléculaire propre à chaque individu. Les résultats préliminaires ont montré de grandes différences entre les signatures de cellules T de différents sujets qui ne semblaient pas se modifier avec le temps. La mise au point de méthodes expérimentales constitue sans aucun doute la contribution la plus importante de ces résultats à la recherche en matière de processus de vieillissement. En se basant sur ces résultats, le vieillissement physiologique du système immunitaire humain peut être résolu avec pour objectif principal le développement d'interventions antivieillissement disponibles sur le marché.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application