Skip to main content

The role of wildlife in the epidemiology of mycobacterium avium subspecies paratuberculosis in domestic ruminants in Europe (PARA-TB TRANSMISSION)

Article Category

Article available in the folowing languages:

Puissance des prévisions pour la transmission de la bactérie Map

Le contrôle de la bactérie Map s'est révélé être une tâche difficile en raison de la nature indéfinissable de la maladie. Les scientifiques ont donc mis au point des modèles permettant de prévoir les niveaux de prévalence de la maladie chez les troupeaux dans un éventail de scénarios.

Santé

Map (ou Mycobacterium a.paratuberculosis) est une maladie responsable de pertes énormes chez les ruminants domestiques. La transmission de la maladie se fait le plus couramment par l'ingestion de fèces. Elle peut également se transmettre par le lait chez les animaux qui allaitent. La maladie a récemment été découverte chez les animaux non ruminants. Cela est plutôt inquiétant étant donné le réservoir infectieux potentiel que représentent les animaux tels que les lapins. La maladie peut ne pas se manifester ou rester latente dans l'animal infecté. Les symptômes de la maladie chez les jeunes animaux ayant contracté la maladie peuvent ne pas se révéler avant l'âge adulte. Ainsi, la zone infectieuse s'étend si elle n'est pas éliminée du troupeau. Les bactéries se répandent dans les fèces et par la suite, leur ingestion peut mener à une infection. Le projet PARA-TB TRANSMISSION s'est donc fixé pour objectif l'amélioration du contrôle de cette maladie bactérienne. Le but global des chercheurs consistait à identifier les espèces sauvages porteuses de l'infection et à déterminer les voies de transmission à haut risque. Des modèles réalistes pouvant prévoir les niveaux d'infection dans toute une gamme de situations ont été mis au point. L'équipe du projet de l'université de Thessalie (Grèce) a mis au point des modèles reposant sur divers paramètres permettant d'optimiser la capacité de prévision. La transmission à partir de la faune a été déterminée à partir de différents taux allant de zéro (dans les fèces) à 50%. La synchronisation concernant l'élimination du bétail infecté était également de grande importance. La période entre la détection des symptômes, l'infection du bétail et l'abattage était variée. Les chercheurs ont également tenu compte de l'endroit où a lieu le vêlage: à l'extérieur ou à l'intérieur; ainsi, les situations allant de l'intégralité du vêlage à l'extérieur au vêlage exclusivement à l'intérieur ont été simulées. La gestion du vêlage, l'hygiène et l'emplacement du vêlage se sont révélés bien plus importants que le risque d'infection à partir de la faune. Basés sur des paramètres de modélisation détaillés, ces résultats ont sans aucun doute permis de renforcer la puissance de prévision de modèles développés antérieurement. L'impact le plus important de la faune a été remarqué dans de grandes fermes ne pratiquant le vêlage qu'à l'extérieur. Il a donc été recommandé que davantage de recherche concernant les animaux sauvages soit réalisée en tenant compte de ces paramètres.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application