Skip to main content

SenseMaker: A Multi-sensory, Task-specific, Adaptable perception System

Article Category

Article available in the folowing languages:

Sens du toucher

Les systèmes environnementaux intégrés électroniques ont toute une gamme d'applications. Afin d'utiliser les principes biologiques du fonctionnement des récepteurs sensoriels et du système nerveux en tant que données, des chercheurs ont étudié le traitement tactile et visuel dans les systèmes neuraux humains.

Économie numérique

L'interprétation des stimuli liés à notre environnement crée des images de ce dernier qui servent de base à nos actions, nos pensées et nos réflexes conditionnés. Ce processus étonnamment complexe peut facilement couler de source jusqu'à l'apparition d'une perte sensorielle. Le projet SENSEMAKER, au nom de circonstance, s'est fixé pour principal objectif la création d'appareils électroniques dotés de différents modes de saisie des informations sensorielles. Le traitement de l'information sert à fournir à l'utilisateur une représentation de son environnement. Comme le cerveau, capable d'extraire les informations pertinentes des représentations sensorielles, les plates-formes logicielles pourraient traiter de façon sélective les informations en provenance des capteurs. Les partenaires du projet ont utilisé les capacités visuelles, auditives et haptiques (ou du toucher), avec un dispositif de contrôle moteur interne. Dans le cadre du volet biologique du projet, les partenaires du Trinity College de Dublin (Irlande) ont choisi d'étudier le sens tactile et son mode d'interprétation dans le cerveau. Savoir comment le système nerveux central traite effectivement les informations sensorielles, voilà qui constituerait une donnée cruciale pour la conception logicielle du projet. Nous savons, par exemple, que le sens visuel opère sur une base double, l'une destinée au traitement spatial et l'autre à la reconnaissance. L'équipe a utilisé à la fois des paramètres comportementaux et l'imagerie à résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour étudier les réponses à des stimuli inhabituels. Les résultats des examens par IRM ont montré que les informations haptiques occupaient un réseau partagé de zones du cortex. Dans l'ensemble, cependant, les informations spatiales sont traitées par le circuit pariétal de l'occiput mais la reconnaissance, elle, est traitée par le circuit temporal de l'occiput. Des tests de comportement ont confirmé ces conclusions et montré que les deux fonctions dépendent des tâches considérées et n'interfèrent pas entre elles. Chose intéressante, la vision s'est révélée avoir un effet sur la reconnaissance tactile de l'espace et des objets; en outre, lorsque les informations visuelles diminuent, la performance comportementale s'améliore grâce à une combinaison des deux sens. En collaboration avec le groupe de vision électronique du Kirchhoff-Institut für Physik de l'université d'Heidelberg (Allemagne), l'équipe de Dublin a mis au point un appareil baptisé VHD (pour Virtual Haptic Display, ou écran haptique virtuel). Par rapport au modèle précédent, ce dispositif ne s'appuie pas sur des influx passifs mais requiert une exploration active. L'image est affichée en tout ou en partie au moyen d'un diaphragme. Cette technologie possède de nombreuses applications potentielles. Les patients souffrant de problèmes de perception sensorielle devraient en profiter, ainsi que les aides à l'apprentissage, l'analyse et la description environnementale en situations dangereuses. Aujourd'hui et à l'avenir, citons des applications évidentes dans le domaine de la robotique cognitive, des systèmes autonomes et de l'intelligence répartie.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application