Skip to main content

Inclusive Identities in the Context of Increasing Culturally Diverse Workplaces

Article Category

Article available in the folowing languages:

La diversité fait la force

La mondialisation et l'immigration ont introduit l'idée que le lieu de travail se doit d'être un lieu de diversité culturelle. Et parce qu'un emploi sérieux est un facteur essentiel pour favoriser l'intégration dans un nouveau pays, la compréhension des interactions entre groupes ethniques différents sur le lieu de travail est extrêmement importante.

Changement climatique et Environnement

Un projet à financement européen s'est attaché à mieux comprendre la formation et le rôle des identités inclusives au sein du lieu de travail. L'objectif du projet «Workplace diversity», devant s'achever en 2011, consistait à identifier les moyens possibles d'établir un sens de convivialité tout en acceptant et en appréciant les différences mutuelles. Les raisons du projet se fondent sur les théories d'identité sociale, d'auto-catégorisation et d'acculturation. Depuis le début, le projet est parti du principe que différentes politiques et histoires d'immigration, la démographie propre à chaque pays et des systèmes de valeurs et des croyances culturelles uniques influencent la direction et les forces des effets de diversité dans une société particulière. Des partenaires en Autriche, aux Pays-Bas, et en Nouvelle-Zélande ont offert aux chercheurs l'opportunité de réaliser une étude comparative entre pays, et d'identifier les tendances dans le contexte de main-d'œuvre culturellement diversifiées en Europe. Durant la première partie du projet, les chercheurs ont tenté d'identifier les questions de diversité culturelle aux niveaux national, organisationnel et personnel. Les études étaient menées avec des participants de fonctions et contextes culturels différents, au sein de divers types d'organisations et dans plusieurs pays. Ces études comprenaient des entretiens face-à-face entre employeurs et employés de différents antécédents culturels. Les chercheurs ont également créé une enquête en allemand, en anglais et en néerlandais pour mener des études comparatives dans ces trois pays d'intérêt. Ces enquêtes ont été utilisées pour tester l'impact des facteurs organisationnels et personnels dans la composition d'une main-d'œuvre, dans la gestion de la diversité et les performances. Afin d'obtenir des échelles et des mesures valides et fiables culturellement, plusieurs tests préliminaires sur des étudiants et employés ont été réalisés. Ils couvraient les bénéfices et menaces perçus de la diversité, les perspectives de la diversité et les identités inclusives. Un modèle a ensuite été conçu pour décrire les effets nationaux et organisationnels de la mise en œuvre de programmes d'actions en faveur des minorités ethniques. Le projet a réussi à identifier les différents mécanismes organisationnels et nationaux visant à élargir et à gérer la diversité. Il a également permis de mieux comprendre la pertinence de la personnalité et des attitudes des principaux décideurs. Dans les études quantitatives et qualitatives, il a été démontré que l'expérience interculturelle d'un individu et son attitude face à la diversité affectaient sa conceptualisation et sa perception de la diversité, ce qui détermine grandement si cet individu optera pour une main-d'œuvre diversifiée et appliquera des pratiques de gestion en faveur de la diversité. Ces recherches mèneront à l'élaboration de recommandations pour une gestion de la diversité fructueuse et une meilleure compréhension du contexte culturel sur le lieu de travail.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application