Skip to main content

Mapping and assessment of research portfolios

Article Category

Article available in the folowing languages:

De nouvelles méthodes pour mieux évaluer les portefeuilles de recherche en science

Le terme de portefeuille de recherche est de plus en plus utilisé par les agences de financement mais peu d'études ont été réalisées à ce sujet et on ne sait pas vraiment le définir, le cartographier ni l'évaluer clairement. Une initiative de l'UE a présenté une approche préliminaire pour examiner les portefeuilles de recherche.

Économie numérique
Technologies industrielles
Société
Recherche fondamentale

Avec un financement de l'UE, le projet MAPREPORT (Mapping and assessment of research portfolios) a développé un cadre et des outils pour analyser les portefeuilles de recherche. Ses travaux ont débuté par une recherche documentaire, suivie par la création d'un cadre conceptuel général pour les portefeuilles de recherche dans les politiques scientifiques. Les résultats montrent que l'utilisation du concept de portefeuille de recherche pour s'attaquer à des problèmes comme le changement climatique ou l'obésité devrait prendre en compte la diversité des lignes de recherche relatives à un défi social particulier, étant donné l'incertitude et l'ambiguïté des résultats des recherches. L'étude devrait également examiner les relations entre les options de recherche d'un portefeuille et les résultats sociaux attendus, et adopter une perspective globale du portefeuille considérant la problématique comme un tout plutôt que comme la somme de ses parties. MAPREPORT a réalisé trois études de cas sur des portefeuilles de recherche relatifs à la grippe aviaire, à l'obésité et au riz. En ce qui concerne la grippe aviaire, différentes options du portefeuille sont hiérarchisées par différents moteurs institutionnels, par exemple les laboratoires publics, les universités ou les entreprises pharmaceutiques. La recherche mondiale sur l'obésité est axée sur la biologie et la recherche médicale, et relativement peu d'efforts sont consacrés à la santé publique et aux approches basées sur la psychologie ou les sciences sociales. La recherche sur le riz n'est que partiellement expliquée par des exigences sociétales. Dans la plupart des pays où le riz est l'aliment de base et représente une importante source nutritive et calorique, il n'y a pas de spécialisation dans la recherche liée à la nutrition. Les partenaires du projet ont mis au point des méthodes pour évaluer la valeur d'une recherche en utilisant un éventail plus large de critères que les outils bibliométriques traditionnels, de plus en plus considérés comme insuffisants pour évaluer la plupart des recherches. Pour cela, ils ont interrogé les parties prenantes. Grâce à MAPREPORT, les agences de financement et les grandes institutions scientifiques publiques pourront mieux caractériser les recherches qu'elles soutiennent.

Mots‑clés

Portefeuilles de recherche, MAPREPORT, politique scientifique, grippe aviaire, obésité, riz

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application