Skip to main content

Bioenergy Villages (BioVill) - Increasing the Market Uptake of Sustainable Bioenergy

Article Category

Article available in the folowing languages:

De la bioénergie durable pour les communautés d’Europe du Sud-Est

Même si le potentiel de développement des énergies renouvelables est énorme en Europe du Sud-Est, la région est encore largement tributaire du charbon et d’autres sources d’énergie fossile. Une initiative de l’UE a présenté le concept du village bioénergétique, qui permet aux communautés rurales de répondre efficacement à leurs besoins énergétiques en ayant recours à leurs propres ressources renouvelables tout en associant les citoyens, les acteurs et les décideurs locaux à ce processus.

Changement climatique et Environnement
Énergie

En Europe du Sud-Est, les taux de pollution sont inutilement élevés du fait de l’utilisation de technologies obsolètes. La bioénergie traditionnelle demeure une source d’énergie essentielle, mais il est nécessaire de favoriser une adoption plus généralisée des technologies bioénergétiques modernes. Or, les pays de la région manquent de mécanismes financiers et d’expérience dans ce domaine. Par ailleurs, les projets d’énergies de substitution se heurtent souvent à une certaine résistance, et la confiance vis-à-vis des investissements est plutôt faible. «Les villages bioénergétiques sont très prometteurs lorsqu’il s’agit de relever ces défis», déclare Jens Adler, coordinateur du projet BioVill, financé par l’UE. «Des villages bioénergétiques ont vu le jour avec succès en Autriche et en Allemagne. Ils associent une approche orientée marché à un approvisionnement en énergie durable à l’échelle municipale tout en impliquant l’ensemble des acteurs sociaux. BioVill a transféré et adapté ces expériences à la Croatie, à la République de Macédoine du Nord, à la Roumanie, à la Serbie et à la Slovénie, et a mis au point des concepts régionaux de bioénergie jusqu’à leur phase d’investissement.» Favoriser le développement de la bioénergie régionale Dans un premier temps, BioVill a sélectionné sept villages cibles à l’aune de critères tels que la motivation, les ressources bioénergétiques disponibles et les infrastructures. De concert avec les partenaires locaux, l’équipe a analysé les cadres nationaux et locaux et obtenu des données sur les infrastructures existantes, le potentiel énergétique local et la demande. Les résultats ont permis de planifier des projets locaux de bioénergie. Le consortium a fourni des outils modernes de planification et de calcul et renforcé les capacités des partenaires à évaluer la viabilité technologique et économique des options de développement. Ces travaux ont permis d’élaborer des solutions techniques et des modèles commerciaux adaptés pour chacun des villages cibles. En outre, BioVill a favorisé le dialogue avec les acteurs politiques locaux et nationaux ainsi que la coopération entre différents domaines politiques afin d’optimiser le cadre réglementaire et de mettre en place plus efficacement la législation de l’UE. Étant donné que les processus de mise en œuvre se poursuivront après la fin du projet, les décideurs politiques de tous les villages ont signé une lettre d’engagement qui traduit leur volonté de poursuivre ces projets de bioénergie et d’assurer les investissements nécessaires. Transfert de connaissances et participation des intéressés BioVill a formé plus de 550 parties prenantes clés afin qu’elles puissent mettre en œuvre le concept de village bioénergétique, exploiter ses débouchés commerciaux et élaborer des outils d’évaluations économiques et des modèles commerciaux viables. Les séances d’information et de formation comprenaient un catalogue d’exemples de bonnes pratiques, trois voyages d’étude en Allemagne et en Autriche et dix mesures de formation sur la gestion et le financement des villages bioénergétiques. Des antennes d’information ainsi que 28 séances d’information organisées pour 2 200 citoyens ont permis d’améliorer la sensibilisation, les connaissances et la confiance de ces derniers. Les groupes de travail constitués sur place sur la bioénergie ont contribué à élaborer des concepts locaux et des objectifs stratégiques de bioénergie pour les villages. Des représentants gouvernementaux ont participé aux travaux du projet afin d’assurer l’engagement politique nécessaire. Par ailleurs, les séminaires et activités de sensibilisation ont suscité l’intérêt de parties prenantes issues d’autres collectivités. «BioVill est à l’origine de nombreux changements dont l’objectif est la mise en œuvre de projets de bioénergie et la création de villages bioénergétiques, ce qui a pour effet de stimuler l’adoption de la bioénergie durable par le marché», conclut M. Adler. «Le concept est maintenant bien plus connu, l’acceptation du public est plus forte et les consommateurs de chaleur sont beaucoup plus enclins à se raccorder à un système moderne de chauffage urbain fonctionnant à la biomasse.» Lorsque les investissements destinés à la mise en place de systèmes modernes de chauffage urbain à base de bioénergie seront pleinement mis en œuvre au cours des prochaines années, ils mobiliseront environ 83 GWh de chaleur et 16 GWh d’électricité par an. Plus de 110 nouveaux emplois seront créés et les émissions de CO2 seront sensiblement réduites, ce qui favorisera le développement économique local et la décarbonisation du secteur énergétique dans les pays partenaires.

Mots‑clés

BioVill, bioénergie, village bioénergétique, chauffage urbain, ressources renouvelables, énergie durable, décarbonisation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application