Skip to main content

Multidrug resistant tuberculosis: risk factors and the application of innovative techniques for the rapid identification of resistances

Article Category

Article available in the folowing languages:

Dépistage rapide de cas de tuberculose multirésistante

Jusqu'à récemment, la tuberculose (TB) était considérée en voie de disparition. Elle n'était plus l'horrible spectre de l'ère d'avant l'apparition des antibiotiques. Malheureusement, cette maladie n'est plus sur le déclin. Au contraire, des souches virulentes et multirésistantes de la bactérie responsable ont été signalées. Ayant constaté que la TB se rencontrait souvent chez des patients atteints par le virus du VIH, le nombre des recherches a naturellement augmenté. Plusieurs laboratoires de biologie collaborent pour proposer une toute nouvelle méthode, un kit de diagnostic, permettant la détection immédiate de cette bactérie résistante aux médicaments.

Santé

Au milieu des années 80, il a été constaté que le nombre de cas de tuberculose augmentait dans de nombreux pays développés. Un tiers de la population serait infecté par le mycobacterium tuberculosis. Une fois infectées, la majorité des personnes demeurent en bonne santé. La maladie ne se déclare que tard. L'infection latente ne transmet pas la maladie. La transmission se produit uniquement dans les dernières phases, c'est-à-dire au cours des phases dites "actives". De surcroît, la tuberculose peut être de nos jours une indication d'une infection par le VIH, car de nombreux patients atteints par ce virus développent la maladie longtemps avant toute autre infection à germes dits "opportunistes". Les thérapies actuelles à base d'antibiotiques, telles que l'isoniazide, la streptomycine et l'éthambutol, réduisent efficacement l'infection. Le patient guérit habituellement et est considéré comme non contagieux après un traitement d'une durée moyenne de quatre semaines. Cette brillante image est quelque peut ternie par des incidents où la bactérie responsable a subi plusieurs mutations génétiques et est devenue multirésistante. Non seulement la tuberculose multirésistante (Multi-Drug Resistant tuberculosis - MDR-TB) provoque des maladies mortelles chez les patients atteints par le VIH, mais elle est aussi hautement contagieuse: il a été établi qu'au moins 19 personnes travaillant dans le milieu de la santé ont été infectées par la MDR-TB. Le dépistage précoce de la présence de formes mutantes multirésistantes est essentiel pour le traitement de la maladie. Ce dépistage exigeait jusqu'à présent la culture de la bactérie et l'identification ultérieure des mutations spécifiques connues comme multirésistantes. La croissance lente du bacille tuberculeux gène le dépistage et le ralentit substantiellement. Pour remédier à ce problème et lutter contre la maladie, plusieurs instituts de recherche de renom et laboratoires médicaux et de microbiologie d'universités européennes ont collaboré afin de développer un protocole de dépistage capable de détecter en deux jours, au lieu des deux semaines habituellement nécessaires, les mutations résistantes aux traitements. La technique de détection nécessite l'emploi d'une machine d'amplification en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction - PCR) ainsi que d'une méthode d'électrophorèse simple (mini gel). La résistance à l'isoniazide peut être diagnostiquée sous 48 heures sans culture de mycobactéries, c'est-à-dire sans licence spéciale ni équipement sophistiqué. De surcroît, cette technique peut être assemblée et commercialisée sous la forme d'un kit de dépistage, ce qui facilite l'introduction sur le marché de ce produit tout à fait nécessaire.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application