Skip to main content

Magnetic Resonance Methods Development and Applications for Life Sciences

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le développement de nouvelles capacités de l'IRM

L'imagerie à résonance magnétique (IRM) est une technique d'imagerie utilisée pour enquêter sur l'anatomie et la physiologie du corps. C'est l'outil de choix de diagnostic pour de nombreuses maladies, et une augmentation de la demande a conduit à des interrogations sur la rentabilité de l'IRM.

Santé

L'IRM possède une vaste gamme d'applications en termes de diagnostic médical vu qu'elle n'utilise aucune radiation ionisante. Le projet Marie Curie EUROCANMRI («Magnetic resonance methods development and applications for life sciences»), financé par l'UE, visait à développer de nouvelles aptitudes de diagnostic dans les domaines du cancer, de la moelle épinière et de la maladie d'Alzheimer. De façon conventionnelle, les images d'IRM sont formées à travers l'application de gradients au principal champ magnétique statique. Cependant, l'équipement de gradient est cher, complexe, et peut induire des courants circulaires dans les structures conductrices proches, dont les tissus des patients. Lors de la période initiale du projet, la console IRM a été conçue, installée et mise à l'essai avec succès avec une gamme de spectres pour les résonances de l'hydrogène et du phosphore. L'équipe du projet a poursuivi le développement d'ensembles de logiciel pour différentes techniques d'imagerie en mettant l'accent notamment sur la méthodologie d'IRM sans gradient. Les résultats de cette approche ont démontré des aptitudes d'imagerie unidimensionnelles et bidimensionnelles et la sélection de coupe à l'aide d'un système d'IRM à canal unique. Les applications potentielles comprennent un traitement à faible coût qui pourrait être utilisé dans un environnement de station spatiale. Le diagnostic précoce d'un gliome de tumeur cérébrale est important et les scientifiques se sont penchés sur différents agents de contraste à des fins de diagnostic. L'étude a montré qu'une fois le projet développé, l'anticorps anti-IGFBP7 d'oxyde de fer à domaine unique, des vaisseaux anormaux au sein du glioblastome murin. Outre les travaux de recherche et de développement, l'équipe du projet a organisé un atelier. Quelque 70 scientifiques spécialisés en IRM provenant du Canada, des États-Unis et de pays européens ont participé à l'évènement pour échanger des idées et des connaissances. Les partenaires de projet ont présenté six discours et deux affiches illustrant leurs travaux.

Mots‑clés

Imagerie à résonance magnétique, gliome, glioblastome multiforme, nanoparticules

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application