Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un grand cœur peut être mortel – des solutions?

Dans l'UE, les maladies cardiovasculaires entraînent 1,5 million de décès et des dépenses de santé de l'ordre de 169 milliards d'euros par an. Un projet financé par l'UE vise à étudier la maladie et les possibilités de traitement de la cardiomyopathie hypertrophique (CMH), un trouble héréditaire.

Énergie

La CMH se caractérise par l'élargissement du ventricule gauche et de la paroi septale du muscle cardiaque. Elle affecte la contraction du muscle cardiaque (myocarde) et du flux sanguin au repos et à l'effort, ce qui entraîne un dysfonctionnement de l'activité électrique du cœur. En conséquence, les personnes atteintes de la CMH souffrent d'arythmies cardiaques entraînant la mort subite cardiaque (MSC). L'initiative BIG-HEART est un projet financé par l'UE qui vise à élucider les mécanismes de la maladie et les possibilités thérapeutiques pour la CMH. Les chercheurs du projet ont recueilli des échantillons de tissu du myocarde d'individus atteint de CMH et d'individus sains en vue d'identifier les mutations génétiques. Des protocoles standardisés et des approbations ont été obtenus pour assurer la reproductibilité et l'uniformité des résultats. Les trois gènes différents de la maladie de la CMH qui ont été identifiés pour l'étude étaient ACCT, MYBPC3 et TNNT2. Les études menées par tomographie par émission de positons (TEP) sur des patients atteints de la CMH et des patients sains ont montré une mauvaise circulation sanguine et une fibrose myocardique chez les patients atteints de la CMH. Une corrélation directe a été trouvée entre les mutations génétiques de la CMH et le remodelage négatif du cœur. La visualisation tridimensionnelle (3D) des myocytes et les images des microscopes électroniques (ME) d'échantillons CMH et non-CMH ont permis d'identifier l'haploinsuffisance comme une cause possible de la CMH. L'haploinsuffisance se produit lorsque seulement une copie fonctionnelle d'un gène unique existe et qu'il ne peut pas produire suffisamment de produit génique (une protéine par exemple), entraînant la maladie. Des médicaments novateurs pour lutter contre l'arythmie, tels que la ranolazine, ont été testés sur les myocytes CMH et se sont révélés efficaces pour maîtriser les symptômes de la CMH. Un modèle de souris ACTC E99K a été mis au point pour étudier la sensibilité Ca2+, des variations du niveau d'acide ribonucléique messager (ARNm) et de la fonction des cellules musculaires altérées. Les thérapies reposant sur l'ARN pour les maladies génétiques, telles que le transépissage d'ARN à médiation par splicéosome (SMART) ont été identifiées comme des options thérapeutiques prometteuses. Pour une plus ample compréhension de la CMH, des modèles de souris ont été générés avec des mutations sur les gènes ACCT, MYBPC3 et TNNT2 pour l'étude BIG-HEART. Les résultats de l'étude ont été publiés dans des revues scientifiques, des dépliants, un bulletin d'information trimestriel et par courrier électronique. Le site web du projet (http://www.big-heart.eu) est un portail destiné au public et aux professionnels de santé. Les résultats de cette étude auront une incidence énorme sur la mise au point de thérapies pour la CMH qui touche environ un million de personnes dans l'UE.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application