Skip to main content

Grass Fibre as raw material for innovative Grass Paper products: the new economic and ecological resource for the European paper industry

Article Category

Article available in the folowing languages:

Grass Paper – un nouveau concurrent dans le secteur de l’emballage papier

La fabrication du papier fait partie des industries les plus émettrices de CO2. Grass Paper a extrait la nature d’un matériau alternatif à base de fibres végétales dérivé de l’herbe, afin de préserver les ressources forestières naturelles. Le premier papier à base d’herbe sur le marché a un aspect et une sensation de qualité supérieure, avec une capacité de pliage pour l’emballage.

Technologies industrielles
Énergie

La crise de la pollution plastique qui accable notre environnement et les gaz à effet de serre associés émis lors de leur fabrication constituent une menace croissante pour le climat de la planète. L’idée intuitive de remplacer les plastiques par du papier n’est pas rassurante puisque la matière première de base qu’exploite l’industrie papetière provient des forêts. Les forêts biologiquement diverses sont considérablement modifiées par les plantations destinées à la pâte à papier qui modifient leur valeur écologique. L’expansion rapide de l’eucalyptus, qui sert de principale matière première à l’industrie papetière, aggrave les incendies de forêt.

Une alternative durable aux matières premières pour le papier

Grâce au financement européen du projet Grass Paper, la société allemande Creapaper a introduit une nouvelle matière première hautement innovante, durable et rentable pour les industries du papier et de l’emballage. Après quelques tentatives avec des matières premières diverses au-delà du bois et du papier recyclé, l’entreprise s’est intéressée à l’herbe, et plus particulièrement au foin. «Le foin sec est coupé à la longueur de la fibre, puis broyé et finalement pressé en granulés avant d’être acheminé à l’usine de papier où il est transformé en papier», explique Michael Schatzschneider, directeur financier de Creapaper. Le processus purement mécanique de Creapaper élimine le recours aux additifs chimiques et à l’eau pour la fabrication de la pâte à papier. Avec l’herbe, aucun traitement chimique ni aucune grande quantité d’eau ne sont nécessaires pour dissoudre la lignine – une colle naturelle qui maintient les fibres de cellulose ensemble et les rend robustes – car l’herbe en contient très peu. L’entreprise affirme que son procédé mécanique breveté permet d’économiser environ 300 kg d’émissions de CO2 pour chaque tonne de papier d’herbe produite par rapport à la production de papier traditionnelle. De plus, Creapaper n’utilise que 2 litres d’eau pour fabriquer 1 tonne de pulpe d’herbe. La production d’une tonne de pâte de bois, nécessaire à la production de papier, nécessite environ 6 000 litres d’eau. La comparaison des empreintes énergétique et CO2 donne des résultats tout aussi positifs: «La production mécanique d’une tonne de pâte à herbe ne nécessite que 0,2 MW d’énergie électrique», ajoute Michael Schatzschneider.

Potentiel prometteur de la fibre d’herbe

La fibre d’herbe pourrait devenir la troisième ressource en matière première de l’industrie papetière en plus de la pâte de bois et du papier recyclé. Elle ne peut pas remplacer totalement les fibres vierges ou la pâte recyclée (bois) mais peut constituer actuellement jusqu’à 50 % de la teneur en fibres du produit final. La fibre d’herbe est également jusqu’à 70 % moins chère que la pâte de bois. La fibre d’herbe offre à l’industrie un moyen plus réactif et plus doux de traiter les ressources forestières. «Je pense que l’herbe et le bois sont la symbiose parfaite entre les produits en papier et les emballages dans un proche avenir», déclare Michael Schatzschneider. En outre, les fibres d’herbe constituent une source de revenus supplémentaire pour les agriculteurs lorsqu’il s’agit de foin de prairie abandonné, qui est aujourd’hui brûlé ou destiné aux usines de biogaz. Creapaper a récemment installé la première ligne de production industrielle de fibres d’herbe et ajoute cette année une installation mobile plus petite, ce qui économisera des coûts logistiques et permettra une production encore plus rentable. Avec le papier d’herbe, Creapaper cible la production de sacs alimentaires, assiettes, plateaux, gobelets, pailles, cartes, enveloppes et boîtes pliantes d’emballage principalement dans une offre B2B pour les propriétaires de marques et les grands détaillants. Les grandes entreprises de vente par correspondance testent déjà le produit comme matériau d’emballage.

Mots‑clés

Papier d’herbe, papier, Creapaper, fibre d’herbe, granule, emballage, pâte de bois

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application