Skip to main content

Transcriptional mutagenesis in mammalian cell systems: p53 signaling as a probe of cellular effects

Article Category

Article available in the folowing languages:

La mutagenèse transcriptionnelle dans le cas du cancer

Les agents physiques et chimiques représentent une menace continue à l'intégrité de l'ADN et peuvent entraîner des lésions de l'ADN. Malgré l'existence des systèmes de réparation d'ADN dans les cellules, certaines lésions peuvent persister et interférer avec la réplication et la transcription de l'ADN.

Santé

Le processus d'incorporation d'anomalies dans le nouvel ARN par les polymérases d'ARN au cours de la transcription suite aux lésions de l'ADN est appelé mutagenèse transcriptionnelle (MT). Si l'expression d'une protéine mutante entraîne un avantage de croissance, la MT devrait contribuer à différentes étapes de développement tumoral. Financé par l'UE, le projet TMP53COMPMIX («Transcriptional mutagenesis in mammalian cell systems: p53 signaling as a probe of cellular effects») a étudié les effets cellulaires et l'importance biologique de la MT en utilisant p53, une protéine de suppression tumorale comme sonde. La sélection de p53 se basait sur son rôle en tant que gardien du génome régulant la vie ou la mort des cellules. Dans ce projet, les effets de la MT sur la signalisation p53 ont été étudiés en utilisant un vecteur de sonde de MT contenant un gène suppresseur de tumeur spécifique au site de p53. Les chercheurs ont développé des constructions de nouvelle expression encodant une protéine p53 mutante en utilisant la technique gapped-duplex. De plus, les vecteurs encodaient également une protéine fluorescente verte, agissant comme un contrôle interne pour toutes les expériences. Les effets cellulaires de la MT de p53 ont été évalués dans les cellules H1299 de carcinome pulmonaire à cellules non petites infectées de manière transitoire par la sonde ou les vecteurs de contrôle. L'évaluation a démontré que la MT de p53 du codon 248 a eu lieu à 14 % dans les cellules de réparation d'ADN et à 54 % dans les cellules dotées d'un système de réparation d'ADN inhibé. Les points finaux biologiques ont également été étudiés et il a été observé que la MT de p53 entraîne une dérégulation de son activité en tant que facteur de transcription. Autre fait important, les chercheurs ont découvert que la MT de p53 dérègle la signalisation en aval impliquée dans le contrôle du cycle cellulaire. Le travail du projet était de transposer l'attention des effets de la mutagenèse due à la réplication d'ADN dans le cas des lésions d'ADN antérieure au rôle des lésions d'ADN dans la synthèse de l'ARN. La recherche a entraîné le développement d'un système pertinent et innovant pour examiner le rôle de la MT dans les maladies humaines.

Mots‑clés

Mutagenèse transcriptionnelle, cancer, lésions de l'ADN, réparation de l'ADN, protéine mutante, développement tumoral, systèmes cellulaires de mammifères, p53, effets cellulaires, protéine de suppression tumorale, signalisation p53, cycle cellulaire, synt

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application