Skip to main content

Tracking the Genetic Origins of the First Americans

Article Category

Article available in the folowing languages:

La génétique du creuset américain de races

L'analyse d'ADN a fourni de nombreuses informations sur les origines du premier peuple du Nouveau Monde.

Santé

Les anthropologues s'accordent généralement sur le fait que les gènes des populations amérindiennes sont d'origine asiatique. Toutefois, les hypothèses sur la manière dont ces migrations ont eu lieu n'ont pas encore été confirmées. D'après la discontinuité cranio-faciale, il y aurait eu deux vagues indépendantes, une d'Asie du Sud-est, à l'origine de la population des Paléo-américains, alors que tous les groupes d'Amérindiens modernes proviennent d'une seconde vague de migration en provenance de l'Asie du Nord-est. Le projet TGOFA («Tracking the genetic origins of the first Americans») a établi le profil génétique de l'ADN provenant de squelettes de populations de Pericues (ou Pericú) en Basse Californie et les Fuegiens au Chili et en Patagonie argentine en utilisant le séquençage aléatoire. D'anciennes tribus remontant à entre 11 et 15 000 ans, les Pericues et les Fuegiens, pourraient être les premiers habitants des Amériques. L'objectif était de tester s'il y avait effectivement une seule source de migrations et si les Pericues et les Fuegiens avaient une composition génétique amérindienne. Les résultats préliminaires sur l'ADN nucléaire et mitochondrial indiquent qu'il existe effectivement une seule source de migration. Pour exclure totalement toute éventualité, les chercheurs ont séquencé le génome complet du peuple Anzick, une culture native américaine préhistorique, estimée par datation de radiocarbone il y a 11 000 ans. Les résultats finaux ne devraient pas renverser les conclusions initiales. Les résultats devraient infirmer l'hypothèse que ces derniers seraient réellement les descendants directs des premiers colons du Nouveau Monde. Les chercheurs ont déjà étudié les différences cranio-faciales entre les deux peuples. Ils ont avancé l'hypothèse qu'elles seraient le résultat d'une adaptation aux environnements climatiques extrêmes et aux changements alimentaires, ou découleraient encore directement de processus aléatoires comme une dérive génétique. Trois articles au total concernant l'origine du peuple amérindien ont été soumis à un comité de lecture, l'un d'eux a déjà été publié. Les résultats de TGOFA ont prouvé que les anciennes techniques d'ADN pouvaient être appliquées à des restes non permafrost. Après avoir établi de précieuses collaborations aux Amériques, y compris avec des universités et des musées, l'UE est considéré comme un contributeur important à la science anthropologique et archéologique.

Mots‑clés

Analyse d'ADN, Nouveau Monde, Amérindien, Asie, migration, discontinuité cranio-faciale, séquençage aléatoire, adaptation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application