Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La surveillance et le contrôle des infections transmises par des vecteurs

Un vaste réseau européen s'est engagé à comprendre l'émergence et la propagation des maladies transmises par des vecteurs. Leurs résultats ont des conséquences importantes sur la santé.

Santé

Les récentes épidémies de maladies infectieuses en Europe comme la fièvre hémorragique de Crimée et du Congo ou la fièvre catarrhale soulignent leur impact sur la santé humaine et vétérinaire publique. Divers facteurs démographiques, environnementaux, sociaux et économiques, ainsi qu'une disponibilité limitée des établissements de santé, influencent considérablement la transmission de ces maladies. La recherche sur ces maladies permet donc de protéger et d'améliorer la santé publique. Pour ce faire, le projet EDENEXT (Biology and control of vector-borne infections in Europe), financé par l'UE, s'est penché sur les composants biologiques, écologiques et épidémiologiques de l'émergence et de la transmission des maladies transmises par des vecteurs. Sur les traces de son prédécesseur, le projet EDEN du 6e PC, EDENEXT s'est engagé à développer des méthodes et des outils de pointe pour améliorer la prévention, la surveillance et le contrôle des populations de vecteurs. Le consortium a profité des ensembles de données, de l'expérience, et de la capacité obtenue après le projet EDEN pour développer des modèles de prévision de la dynamique de population de vecteurs, et la transmission et la propagation des maladies. Les chercheurs ont sélectionné pour leur étude de nombreux vecteurs dont des rongeurs et des insectivores ainsi que des arthropodes (tiques), des moustiques, des phlébotomes et des moucherons piqueurs. L'attention s'est concentrée sur les maladies pour lesquelles les connaissances épidémiologiques ou les mesures de contrôle sont insuffisantes, et sur les maladies prioritaires pour des agences de santé publique européennes. Afin de comprendre et de modeler l'émergence et la propagation des maladies transmises par des vecteurs, le consortium s'est investi dans l'identification des mécanismes biologiques et des processus écologiques qui influencent le vecteur et abrite la compétence et la capacité. À cette fin, ils ont étudié les réservoirs de la maladie et le cycle d'infection naturel pour chaque système hôte-vecteur-pathogène. L'utilisation massive des insecticides n'étant pas acceptable, le consortium a identifié des moyens alternatifs de contrôle des vecteurs. L'efficacité de ces approches dépendait de la biologie et de l'écologie des vecteurs cibles ainsi que de la disponibilité de traitements de vaccins ou prophylactiques efficaces. Afin d'évaluer l'efficacité des méthodes de contrôle spécifiques, les scientifiques ont mené des expériences en laboratoire et sur le terrain. Ensemble, les produits livrables de l'étude EDENEXT fournissent la base pour empêcher l'infection chez l'homme et les animaux. La mise en œuvre des propositions dans le cadre de l'étude en collaboration étroite avec les parties prenantes et les agences publiques de santé aboutira à des programmes de contrôle et de surveillance de prévention efficaces. Outre les résultats prévus, EDEN et EDENext ont permis de publier plus de 600 documents scientifiques, et soutenu plus de 130 thèses de post-doctorat. Ces accomplissements ont abouti au renouvellement et au renforcement d'un réseau européen d'entomologistes médicaux et de spécialistes de la santé publique dans le domaine des infections transmises par des vecteurs.

Mots‑clés

Surveillance, infection transmise par vecteur, moustique, mouche des sables, moucherons piqueurs, rongeur, épidémiologie, écologie, santé publique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application