Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Pourquoi le rôle de conseiller scientifique principal fait-il l'objet d'un débat politique brûlant?

Le poste de conseiller scientifique principal auprès du président de la Commission, créé en 2011, est devenu ces dernières semaines un important sujet de débat entre des dirigeants d'entreprises et des groupes de protection de l'environnement.

Des organisations telles que Greenpeace ont demandé à la Commission de supprimer le poste, en partie en raison de son manque supposé de transparence, d'autres structures telles que BUSINESSEUROPE défendent le fait que le poste de Conseiller scientifique principal (Chief Scientific Adviser) place la preuve scientifique au coeur de la gouvernance, un facteur essentiel pour rétablir un climat de prospérité suite à la crise économique. «La preuve scientifique apporte aux décideurs politiques les moyens d'identifier des dangers potentiels et de développer des méthodes efficaces pour limiter les risques, afin que les avantages de l'intervention gouvernementale justifient les dépenses, et d'éviter les conséquences imprévues», déclarait BUSINESSEUROPE dans un courrier daté du 6 mai 2014. «Des décisions basées sur des preuves et reposant sur les meilleurs travaux scientifiques, renforcent la confiance et la légitimité, et réduisent les risques d'échec des réglementations … nous considérons le poste de conseiller scientifique principal comme un élément clé de la prise de décision justifiée de manière scientifique, visant à rendre encore plus évidente l'importance des sciences auprès des institutions de l'UE.» Toutefois, plusieurs organisations à but non lucratif se sont récemment rangées derrière Greenpeace dans son appel à supprimer le poste. «L'examen scientifique lors des prises de décision est essentiel», déclarait Jorgo Riss, directeur de Greenpeace EU, dans un communiqué de presse. «Mais la question est de veiller à désigner le représentant le mieux à même de vous apporter, ainsi qu'à vos collègues, des conseils très variés. Le conseiller scientifique principal ne remplit pas cette mission en raison des défauts fondamentaux du poste lui-même.» Dans un courrier récent adressé au nouveau président de la Commission, les ONG soutiennent qu'un conseil objectif exige plusieurs sources et que le fait de concentrer l'influence scientifique dans une seule personne est contre-productif. «Les intérêts particuliers ont compris depuis longtemps que plus l'on concentre l'avis scientifique entre les mains d'une seule personne, plus il est facile de le contrôler», indiquent les ONG. «Les politiciens se réjouissent d'avoir une personne ayant apparemment autorité pour soutenir certaines politiques.» De nombreux scientifiques réfutent toutefois ce point, soulignant que le professeur Ann Glover, qui occupe le poste de conseiller scientifique principal, est conseillée par des centaines d'organismes de recherche européens, le Centre commun de recherche, des universités et des sociétés de tous les domaines scientifiques et de toutes les régions du monde. Le rôle du conseiller scientifique principal est en effet d'apporter un avis d'expert indépendant sur de nombreux aspects des sciences, des technologies et de l'innovation, à la demande du président de la Commission, et d'apporter une analyse et une opinion sur les principales propositions politiques relatives aux sciences, aux technologies et à l'innovation. Son rôle est aussi de mettre en place des relations avec des groupes de conseil de haut niveau tels que le comité de l'Espace européen de la recherche, les comités scientifiques de la Commission, les diverses agences de l'UE (telles que l'Agence européenne des médicaments et l'Autorité européenne de sécurité des aliments), et d'établir des liens avec des structures similaires au sein des États membres. Le conseiller scientifique principal doit aussi communiquer les valeurs scientifiques sur lesquelles reposent les propositions de la Commission, afin de renforcer la confiance du public dans les sciences et les technologies, et de promouvoir les compétences européennes dans le reste du monde.Pour plus d'informations, veuillez consulter: Page d'accueil de la Conseillère scientifique principale http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/president/chief-scientific-adviser/index_fr.htm

Pays

Belgique