Skip to main content

Development of an integrated biorefinery for processing chitin rich biowaste to specialty and fine chemicals

Article Category

Article available in the folowing languages:

Transformer les déchets coquilliers en matière première pour produits chimiques

L'industrie des fruits de mer est énorme, et génère de gros volumes de déchets: des centaines de milliers de tonnes de coquilles doivent être éliminées chaque année. Une initiative de l'UE s'est intéressée aux déchets coquilliers et a étudié leur potentiel en tant que solution de remplacement aux plastiques issus des combustibles fossiles.

Énergie

Plusieurs centaines de milliers de tonnes de coquilles sont jetées chaque année en Europe. Jeter ces déchets coquilliers signifie que toute la matière organique et l'énergie qu'ils contiennent sont perdues. L'un des composants de ces coquilles, la chitine, est un polymère de la famille des glucides qui pourrait être utile pour la production biomédicale, l'industrie agro-alimentaire et le secteur des produits chimiques, ou encore dans le secteur de l'énergie. Le projet CHIBIO (Development of an integrated biorefinery for processing chitin rich biowaste to specialty and fine chemicals), financé par l'UE, avait pour objectif de déterminer une utilisation pour chaque composant des déchets coquilliers et pour traiter la chitine de manière plus durable. Des méthodes d'élimination et de conversion plus durables des déchets coquilliers et de la chitine ont été développées, se concentrant sur des déchets européens tels que le crabe dormeur. Après avoir enlevé les résidus de biomasse des coquilles qui contiennent des protéines et des graisses, les partenaires du projet ont transformé les déchets et la chitine spécifiquement en éléments de base ou monomères en utilisant une méthode de bioraffinerie. Ils ont décomposé la chitine présente dans les coquilles en éléments de base, tels que la glucosamine et la N-acétylglucosamine, en utilisant un ensemble d'enzymes. Ces éléments pourraient encore être traités pour obtenir des éléments de base permettant de produire des nouveaux polymères divers à base biologique. Plusieurs souches de levure prometteuses se développant sur la glucosamine ont également été identifiées. L'équipe a étudié la faisabilité technique des nouvelles méthodes, dont des protocoles de purification de divers monomères. Elle a également abordé la question de la viabilité commerciale en effectuant des analyses du cycle de vie et de coût pour l'ensemble de la chaîne du procédé de bioraffinage. En utilisant une stratégie économiquement rentable et respectueuse de l'environnement pour la conversion des déchets coquilliers, le projet CHIBIO est en mesure de favoriser la soutenabilité de l'industrie du traitement de la biomasse et de stimuler la compétitivité de l'industrie européenne des biotechnologies.

Mots‑clés

Déchets coquilliers, chitine, bioraffinerie, biodéchets, monomères

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application