Skip to main content

diStributed Open-rotor AiRcraft

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau concept pour le décollage et l'atterrissage des avions

Grâce à de nouveaux concepts de propulsion, les avions de transport de passagers et de marchandises utiliseront moins de terrain pour décoller et atterrir.

Transports et Mobilité

La recherche aéronautique rêve depuis longtemps d'un avion capable de décoller et d'atterrir sur de courtes distances, plutôt que d'exiger des pistes longues et d'énormes surfaces. Le projet SOAR (Distributed open-rotor aircraft), financé par l'UE, allait dans cette direction grâce à un concept totalement nouveau d'avion dont l'aile associe la portance et la propulsion, dans le cadre d'un système non caréné. Il s'agit de l'une des toutes dernières nouveautés en aéronautique, qui associe l'avion à aile fixe avec un système de propulsion qui permet un décollage et un atterrissage stable sur courte distance (STOL), voire le vol stationnaire. La propulsion se fait à partir d'un système à palettes, placé dans l'axe de l'aile, qui engendre un tourbillon dont la portance soulève l'avion. Pour parvenir à ces objectifs, le projet associe le Centre aérospatial allemand(DLR), la société britannique FanWing Ltd, l'Institut Von Karman en Belgique (VKI) et l'université de la Sarre en Allemagne. Les partenaires du projet ont déjà enregistré d'excellents progrès dans l'élaboration du système de propulsion et son entraînement. Il s'est agi du calibrage de différents composants, de l'installation des capteurs nécessaires et de la réalisation des essais en soufflerie nécessaires pour sélectionner les meilleurs matériaux, ainsi que l'angle et la vitesse de palettes. Les chercheurs ont testé différentes formes d'aile et longueurs de queue, mais aussi plusieurs systèmes de portance. Le nouveau moteur synchrone peut produire 45 Nm à de hautes vitesses angulaires. Un avantage majeur d'un tel aéronef est la réduction du bruit au décollage et à l'atterrissage, ce qui lui permet de voler à tout moment au-dessus des villes. L'avion STOL pourrait aussi servir pour le traitement des cultures, la surveillance, la logistique, la lutte contre les incendies et divers fonctionnements sans pilote. Globalement, la stabilité attendue, la capacité de vol stationnaire, la modestie des besoins en carburant, la distance d'envol réduite et une meilleure sécurité pourraient contribuer à révolutionner le secteur. Enfin, la réduction des coûts de maintenance, de construction et de certification contribueront à rendre l'aéronef STOL plus économique, plus efficace et plus respectueux de l'environnement.

Mots‑clés

Avion, décollage et atterrissage, modèles de moteur, SOAR, rotor ouvert, vol stationnaire

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application