Skip to main content

BICULTURALISM: Social Correlates and Individual Differences

Article Category

Article available in the folowing languages:

Comment les immigrants gèrent le biculturalisme

Généralement, les immigrants se sentent déchirés entre les normes, pressions sociales, comportement et identités (appartenances culturelles) de leur culture d'origine et de celle du pays hôte. Des recherches sur les sentiments et les opinions des immigrants relativement à ce point peuvent servir à améliorer leur adaptation, à concevoir des politiques internationales adéquates, et à favoriser les relations dans les communautés pluriethniques.

Technologies industrielles

Les chercheurs du projet financé par l'UE BICULTURALISME (Biculturalism: Social correlates and individual differences) ont étudié des immigrants de première et de deuxième génération, pour générer des connaissances dans ce domaine. L'étude a cherché à répondre à des questions relatives à la gestion cognitive et émotionnelle de leurs cultures, à quoi ressemblent leurs réseaux sociaux, et comment tout ce qui précède influence leur intégration et leur adaptation. Les chercheurs ont commencé par conduire à Barcelone une étude du réseau social de 222 immigrants (venant d'Équateur, du Maroc, du Pakistan et de Roumanie). Ils ont ainsi obtenu des informations détaillées sur les réseaux sociaux habituels (composition, densité, regroupement). Les chercheurs ont aussi étudié les facteurs sociaux et individuels essentiels pour le développement et la gestion du biculturalisme et du multiculturalisme. Ils se sont également intéressés à la façon dont les réseaux sociaux personnels des immigrants, et leurs auto-identifications culturelles, présageaient de leur ajustement psychologique et socioculturel. Ensuite, les chercheurs de BICULTURALISM ont étudié des variations dans la façon dont les individus biculturels géraient des difficultés quotidiennes comme la gestion de plusieurs identités culturelles et systèmes de valeurs, souvent conflictuels (un processus nommé Intégration de l'identité biculturelle). Pour cela, ils ont conduit une étude qualitative sur 100 personnes se présentant elles-mêmes comme biculturelles, et une vaste étude de psychométrie. Ce second composant, de nature quantitative, s'est appuyé sur la validation de l'échelle d'intégration de l'identité biculturelle (BIIS-2) sur un échantillon varié de 1.000 individus biculturels. Les résultats de cette phase du projet ont été présentés dans un article soumis à la revue Psychological Assessment. Le projet a organisé diverses activités de diffusion, comme la conférence en petit groupe 'Culture and Psychology: Insights from the European Context' et la publication du manuel 'Oxford handbook of multi-cultural identity: Basic and applied psychological perspectives'. Les chercheurs ont déposé au Journal of Cross-Cultural Psychology une proposition de numéro spécial, afin de présenter les travaux de la conférence. Les travaux du projet pourraient améliorer les relations interethniques via de meilleures politiques ciblant la cohésion et l'intégration sociales. En outre, de futurs travaux pourront s'appuyer sur les connaissances générées relatives aux capacités des individus à négocier et intégrer plusieurs appartenances culturelles.

Mots‑clés

Immigrants, biculturalisme, identités, BICULTURALISM, appartenance culturelle, réseaux sociaux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application