Skip to main content

Parental care: shaped by parent–offspring conflict and co-adaptation

Article Category

Article available in the folowing languages:

La génétique et son lien avec les soins parentaux

Des interactions complexes entre les parents et leur progéniture guident l'évolution de la vie de famille, et tournent autour de la répartition des soins parentaux. Une recherche financée par l'UE s'est basée sur une théorie récente qui souligne la co-adaptation au sein des familles par rapport à la demande de la progéniture et l'offre de soins de la part des parents.

Santé

La recherche présente de nombreuses idées intéressantes quant aux interactions parent-enfant. Les parents renforcent la santé physique de la progéniture (la survie et la reproduction future) grâce à leurs soins, comme la nourriture qu'ils offrent à leurs enfants. Ces derniers s'engagent souvent dans des comportements de sollicitation pour obtenir les soins de la part de leurs parents; comme le font les oisillons. La co-adaptation est liée à la demande de la progéniture et l'offre parentale et les coûts éventuels de santé physique si la relation est interrompue. Le projet FAMILY AFFAIRS (Parental care: Shaped by parent-offspring conflict and co-adaptation) a renforcé les connaissances par rapport aux implications en matière de santé physique ainsi que la génétique sous-jacente du conflit parent-enfant et de la co-adaptation. L'étude s'est concentrée sur les mésanges sauvages (Cyanistes caeruleus) en y intégrant des approches d'écologie comportementale et de génétique quantitative dans un cadre écologique. Les mésanges jouissent d'importants soins bi-parentaux. Les deux parents nourrissent les petits, et ils acceptent aisément de se nourrir dans les nichoirs. Cela facilite l'étude de l'apport des soins parentaux et le comportement de sollicitation des petits dans un environnement naturel. L'équipe a mené une expérience à grande échelle au sein d'une population d'oiseau commun vivant en liberté. Ils ont testé 184 couvées lors de deux saisons de reproduction consécutives. Les résultats de l'étude mettent l'accent sur l'absence d'effets physiques des croisements en comparaison des couvées non-croisées. Cela permet de confirmer l'utilisation du croisement comme approche standard et méthode valide pour évaluer l'importance relative des influences génétiques et environnementales. Le croisement des couvées est la pratique en laboratoire qui consiste à destituer les progénitures de leurs parents biologiques à la naissance afin qu'elles soient élevées par des parents de substitution. Néanmoins, l'apport en soin de certains mâles a baissé à cause de leur intérêt pour une autre couvée, mais les femelles ont compensé cela. Ce phénomène pourrait expliquer l'absence d'effets physiques chez les progénitures croisées. Dans l'ensemble, les résultats soulèvent des questions quant aux facteurs en jeu dans la réduction des soins chez les mâles. Les résultats de projet ont été présentés lors de conférences scientifiques internationales et seront publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture. La recherche en cours sur la population de l'étude a également été présentée à un public plus vaste au moyen d'activités d'information diverses, dont une conférence scientifique populaire et une émission télévisée. Cette recherche permet de mieux comprendre la façon dont le conflit évolutionnaire et la co-adaptation forment les interactions sociales au sein des familles. Les prochaines études dans ce domaine pourront évaluer l'influence relative de la génétique et de l'environnement sur le développement et le comportement.

Mots‑clés

Génétique, interactions parent-enfant, évolution, vie de famille, soins parentaux, co-adaptation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application