Skip to main content

The development of spatial representations: a prospective and retrospective approach

Article Category

Article available in the folowing languages:

Comment la représentation spatiale se développe

Dans notre vie de tous les jours, nous nous dirigeons facilement dans le monde qui nous entoure en évitant certains objets, et en voulant en approcher d'autres. Pour cela, notre cerveau doit créer une représentation spatiale de notre environnement en utilisant des informations perceptuelles de base à partir de notre sens du toucher, de la vue et de l'ouïe.

Recherche fondamentale
Santé

Le projet SPATIALDEVELOPMENT financé par l'UE a démêlé ce cadre externe de référence pour déterminer à quel point nous sommes influencés par nos différents sens en étudiant les enfants et des personnes privées de leurs sens en utilisant des techniques de mesures comportementales et de l'imagerie non invasive du cerveau. Les chercheurs ont étudié l'effet des caractéristiques spatiales et non spatiales des objets sur les performances de différenciation des objets chez les enfants et les adultes. L'objectif était de découvrir si des mouvements de main spécifiques étaient nécessaires pour différencier des objets qui ne diffèrent que par une caractéristiques (taille, forme, texture ou poids), et si la référence spatiale est développée et si elle est utilisée de manière automatique. Les résultats indiquent que le cadre de référence spatiale est complètement développé et utilisé automatiquement environ à partir de l'âge de huit ans. Les chercheurs ont également étudié l'adaptation visuo-proprioceptive (la vision et la notion de connaissance du positionnement du corps dans l'espace) comme marqueur du développement du cadre de référence spatial. Cela a été réalisé en demandant à des participants âgés de 8 à 65 ans d'aligner leur main qu'il ne voyait pas sur un objet en réalité virtuelle 3D. Les informations étaient ensuite déformées pour suggérer que la position de la main était dans une position ou un alignement différent, invitant le sujet à s'adapter à la distorsion afin de bien réaliser la tâche. Les résultats ont montré que les enfants les plus jeunes s'adaptaient le plus lentement (ou moins) par rapport aux enfants plus âgés ou aux adultes aux distorsions de leur perception de la position de leur main. Le projet SPATIALDEVELOPMENT a apporté de nouvelles informations sur le fonctionnement du cerveau humain et soulevé des questions fondamentales. Par exemple: le cerveau est-il suffisamment plastique pour permettre une formation à des tâches dans l'espace visant à induire une utilisation spontanée du cadre de référence spatial plus tôt au cours du développement. La connaissance de la manière dont l'espace est représenté dans le cerveau humain sera très importante pour développer des systèmes d'aide pour les individus atteints de privation sensorielle et des dispositifs tels que des robots de chirurgie et des implants sensoriels.

Mots‑clés

Représentation spatiale, SPATIALDEVELOPMENT, privation sensorielle, cadre de référence spatial

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application