Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'ESA prend le risque de déployer le radar de Mars Express

Après huit mois d'étude des conséquences potentielles d'une telle initiative, l'Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé une date pour le déploiement du radar MARSIS à bord de sa sonde Mars Express, lequel a rencontré des problèmes précédemment. Conçu pour rechercher des r...

Après huit mois d'étude des conséquences potentielles d'une telle initiative, l'Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé une date pour le déploiement du radar MARSIS à bord de sa sonde Mars Express, lequel a rencontré des problèmes précédemment. Conçu pour rechercher des réserves d'eau dans la subsurface et étudier l'ionosphère martienne, MARSIS était censé être déployé en avril 2004. Cependant, peu avant sa mise en service prévue, les fabricants américains d'Astro Aerospace ont mis en garde contre l'éventualité d'un effet de rebond dommageable au cours du déploiement des antennes des instruments, d'une longueur de 20 mètres. Aujourd'hui, après huit mois de simulations informatiques et d'analyses techniques visant à déterminer les dégâts susceptibles d'être occasionnés à la sonde et à ses instruments, une commission de revue technique indépendante a donné son feu vert au déploiement du radar. L'ESA a laissé entendre que ce déploiement aurait très probablement lieu au cours de la première semaine de mai, même si une évolution plus rapide que prévue des préparatifs pourrait avancer le déploiement d'une semaine. L'enquête technique a englobé des simulations informatiques complexes, des études théoriques et des essais sur des instruments semblables destinés à évaluer le vieillissement potentiel des matériaux des antennes. Dans ce contexte, la commission de revue a procédé à une analyse complète des scénarios d'impact possibles, de la quantité d'énergie en jeu, de la nature des matériaux et des conditions physiques régnant dans l�espace Selon l'ESA, "La commission a conclu qu'un risque d'impact sur la sonde ne pouvait être exclu mais que la quantité d'énergie serait faible et la probabilité d�un dommage grave minime." Dans le pire des cas, le radar MARSIS même pourrait être partiellement ou complètement perdu, mais le risque pour les autres instruments à bord de Mars Express est réduit au minimum. D'un point de vue scientifique, un déploiement rapide est souhaitable dans la mesure où l'évolution de l'orbite de Mars Express permettra, à partir de mai prochain, de réaliser des mesures radar des zones les plus intéressantes de la Planète rouge.