Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Mme Reding appelle la Chine à ouvrir le secteur des TIC aux investisseurs étrangers

Lors d'un discours prononcé à Shanghai, la commissaire en charge de la Société de l'information et des médias, Viviane Reding, a appelé la Chine à poursuivre la libéralisation de son économie et à ouvrir des secteurs importants tels que les technologies de l'information et de ...

Lors d'un discours prononcé à Shanghai, la commissaire en charge de la Société de l'information et des médias, Viviane Reding, a appelé la Chine à poursuivre la libéralisation de son économie et à ouvrir des secteurs importants tels que les technologies de l'information et de la communication (TIC) aux investisseurs étrangers. Prenant la parole le 16 janvier à la China Europe International Business School (CEIBS), Mme Reding a déclaré avoir été très impressionnée par le travail des entreprises européennes et chinoises actives dans le secteur des TIC en Chine et être plus convaincue que jamais de l'avenir prometteur de la coopération UE-Chine. "L'objectif de ma visite est d'amener mes homologues chinois et les industriels de l'UE et de la Chine à discuter de la façon de promouvoir nos relations bilatérales et notre coopération industrielle", a déclaré la commissaire. "Pour la communauté industrielle européenne présente en Chine, commerce et investissements sont bien évidemment des éléments clés." Toutefois, Mme Reding a été frappée par la liste des obstacles au commerce et aux investissements récemment reprise dans un document de synthèse de la Chambre européenne de Commerce en Chine. "L'industrie européenne investit massivement en Chine et est, de plus en plus, source de transfert technologique et d'emploi pour la Chine. Mais elle est confrontée à de nombreuses difficultés dans le secteur de la société de l'information", a-t-elle expliqué. A titre d'exemple, la commissaire Reding cite alors les "services à valeur ajoutée" en Chine, un domaine où quelque 16.000 licences ont été octroyées, dont quatre seulement à des entreprises étrangères. "Et cela non pas à cause d'un quelconque manque d'intérêt de la part des entreprises étrangères, mais plutôt en raison d'un processus de demande de licence beaucoup plus lourd que dans la plupart des autres pays", ajoute Mme Reding. "Le secteur des services dits "de base" est lui aussi difficile d'accès pour les entreprises étrangères, en raison de réglementations restrictives", a-t-elle ajouté. "Cela est dû non seulement aux plafonds fixés par le gouvernement chinois pour les sociétés étrangères mais aussi à une série de restrictions supplémentaires quant au choix des partenaires chinois pour ces services "de base". Par ailleurs, la Commissaire Reding a également dit sa préoccupation quant au développement et à la mise en oeuvre de normes internationales en Chine, à l'application des accords de propriété intellectuelle et au manque de transparence dans l'introduction des services mobiles de troisième génération. "Quatre ans après son adhésion à l'OMC, la Chine a fait d'énormes progrès et les sociétés étrangères réalisent des investissements de taille. Mais la sécurité juridique est insuffisante dans certains secteurs TIC, et il faut que cela change", a averti Mme Reding. "L'UE attend du gouvernement chinois qu'il honore ses engagements envers l'OMC, ses règles et son esprit." "L'UE souhaite renforcer sa coopération en matière de recherche et son soutien au dialogue sur l'avenir des services de la société de l'information et des médias", a conclu Mme Reding tout en soulignant les bénéfices pour la Chine d'une coopération avec des partenaires internationaux. "J'espère que le gouvernement chinois va poursuivre la libéralisation progressive de l'économie du pays et ouvrir d'importants secteurs aux investisseurs."

Pays

Chine

Articles connexes