Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La nature européenne en danger

Selon Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'Agence européenne pour l'Environnement (AEE), s'exprimant lors de la Journée internationale de la diversité biologique, le 22 mai, le changement climatique a déjà un impact sur la biodiversité européenne. «Nous pouvons déjà...

Selon Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'Agence européenne pour l'Environnement (AEE), s'exprimant lors de la Journée internationale de la diversité biologique, le 22 mai, le changement climatique a déjà un impact sur la biodiversité européenne. «Nous pouvons déjà voir des changements surprenants au niveau des cycles végétatifs», a commenté la professeur McGlade. «De nombreuses espèces se déplacent aujourd'hui déjà vers le nord au fur et à mesure de l'augmentation des températures». Les zones les plus exposées aux risques du changement climatique sont les régions montagneuses, les zones côtières, l'océan Arctique et certaines parties de la Méditerranée. Le même jour, la Commission européenne a publié une étude selon laquelle un mammifère européen sur six est en voie d'extinction. La situation des mammifères marins est particulièrement dramatique, 22 % d'entre eux étant en effet menacés d'extinction. Pour les oiseaux, ce pourcentage est de 13 %. Selon le rapport, les principales menaces auxquelles sont exposés les mammifères européens sont la disparition des habitats, la pollution et l'agriculture intensive. Les mammifères marins sont essentiellement touchés par la pollution et la mortalité accidentelle liée aux prises accessoires et aux collisions avec les bateaux. «Le rapport met en exergue le défi considérable que doivent relever les gouvernements européens - à savoir tenir leur promesse de stopper la perte de biodiversité d'ici 2010,», a déclaré le commissaire européen en charge de l'environnement Stavros Dimas. «Il est clair que si nous voulons protéger les espèces européennes, il est primordial de mettre en oeuvre la directive Habitats dans son intégralité, laquelle couvre quasi tous les mammifères aujourd'hui menacés.» Toutefois, comme l'a précisé l'AEE, certaines régions protégées affectées par le changement climatique ne seront plus appropriées aux espèces qu'elles étaient censées protéger. Selon l'IPCC, le changement climatique exigera par ailleurs des gouvernements une approche plus dynamique de la conservation de la biodiversité. Protéger la biodiversité de l'Europe ne peut se faire sans le recours à des données scientifiques sur le statut des espèces en Europe, raison pour laquelle divers projets de recherche financés par l'UE étudient actuellement la biodiversité européenne et les facteurs qui l'affectent, tels que le changement climatique. ALARM (Assessing Large Scale Risks for Biodiversity with Tested Methods - Évaluation des risques environnementaux à grande échelle pour la biodiversité à l'aide de méthodes testées) est un de ces projets dont les travaux, axés sur le changement climatique, les invasions biologiques et les produits chimiques environnementaux, visent à évaluer les menaces qui pèsent sur la biodiversité en vue de minimiser les impacts directs et indirects de l'activité humaine. Le projet ALTER est un réseau d'excellence créé en vue de promouvoir l'intégration de la recherche sur la biodiversité européenne dans les écosystèmes terrestres et dulçaquicoles. De cette façon, il contribue à l'objectif de stopper la perte de biodiversité d'ici 2010. Pour sa part, le projet BRANCH (Biodiversity, Spatial Planning, Climate Change - Biodiversité et aménagement face au changement climatique) étudie la façon dont les modifications apportées à l'aménagement du territoire et à l'utilisation des sols peuvent aider la vie sauvage à s'adapter au changement climatique.