Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La Commission propose une nouvelle initiative de recherche sur les TIC appliquées au vieillissement

La Commission européenne a adopté un plan d'action intitulé «Bien vieillir dans la société de l'information» et proposé, en ce même domaine, une nouvelle initiative de recherche qui sera soutenue au titre de l'article 169 du traité instituant l'UE. «La population de l'Europe...

La Commission européenne a adopté un plan d'action intitulé «Bien vieillir dans la société de l'information» et proposé, en ce même domaine, une nouvelle initiative de recherche qui sera soutenue au titre de l'article 169 du traité instituant l'UE. «La population de l'Europe vieillit: l'espérance de vie moyenne est passée de 55 ans en 1920 à plus de 80 ans de nos jours. Avec le départ à la retraite de la génération du baby boom, la tranche des 65-80 ans va voir son nombre croître de près de 40 % entre 2010 et 2030. Cette évolution démographique pose des défis de taille à la société et à l'économie européennes. Les technologies de l'information et de la communication (TIC) peuvent jouer un rôle important pour les relever», peut-on lire en exergue du document sous-tendant ce plan d'action. Le plan est conçu afin d'améliorer la qualité de vie des personnes âgées (et partant, réaliser des économies dans les soins de santé et les services sociaux) mais aussi de créer une base industrielle solide pour les TIC appliquées au vieillissement en Europe. La Commission propose d'agir dans six domaines spécifiques: - compréhension des utilisateurs âgés; - visibilité et transparence du marché; - obstacles réglementaires; - obstacles techniques; - obstacles à l'accès de base et manque de solutions adéquates; - autres obstacles. Les obstacles techniques proviennent de la non prise en compte, par les principaux produits et services faisant appel aux TIC, des besoins des personnes âgées - notamment des multiples incapacités qui s'installent progressivement avec l'âge. Les solutions technologiques nécessitent en outre souvent l'assemblage ou l'interconnexion d'une grande variété de services au sein d'outils et, par là même, des capacités hors de portée de la plupart des utilisateurs. Les marchés n'étant pas à eux seuls suffisamment incitatifs pour garantir l'interopérabilité et la modularité entre les différents appareils et services, les coûts sont relativement élevés pour les utilisateurs, les économies d'échelle sont absentes et le marché intérieur des TIC appliquées au vieillissement ne peut décoller. En 2007 et 2008, la Commission mènera des évaluations complémentaires quant aux divers obstacles entravant l'essor des technologies destinées à favoriser l'autonomie; elle mesurera également les implications des technologies liées à l'identification par radiofréquence (RFID) et les possibilités qu'elles offrent. La Commission publiera également, à l'intention des États membres, une recommandation concernant les répercussions de la RFID sur le respect de la vie privée et encouragera un accroissement des investissements dans la recherche en ce domaine. La Commission ne peut cependant à elle seule promouvoir l'usage des technologies numériques auprès d'une population vieillissante en bonne santé et autonome. Les États membres, les acteurs du secteur, les associations d'utilisateurs et les collectivités régionales et locales sont donc invités à promouvoir, via le haut débit, l'accès de base aux services TIC appliqués au vieillissement et à accroître la «compétence numérique» parmi les personnes âgées. La Commission facilitera ensuite, via un nouveau portail internet, l'échange de bonnes pratiques et l'accès aux programmes, services, solutions et initiatives réunissant de multiples acteurs. De nombreux projets portant sur les TIC appliquées au vieillissement ont déjà bénéficié de financements au titre des programmes-cadres de recherche de l'UE et des fonds continueront à être alloués au titre du septième programme-cadre (7e PC). La Commission propose de plus la mise en place d'une nouvelle initiative de recherche sur le thème «Bien vieillir dans la société de l'information», visant à coordonner les programmes de recherche menés par les États membres de l'Union sur les TIC appliquées au vieillissement. L'initiative sera juridiquement fondée sur l'article 169 du traité instituant l'UE, qui énonce que «dans la mise en œuvre du programme-cadre pluriannuel, la Communauté peut prévoir, en accord avec les États membres concernés, une participation à des programmes de recherche et de développement entrepris par plusieurs États membres, y compris la participation aux structures créées pour l'exécution de ces programmes». La nouvelle initiative a pour objectif de stimuler la recherche orientée marché sur les applications destinées à favoriser l'autonomie et à combler le fossé entre la recherche à long terme menée au titre du 7e PC et les projets d'innovation de grande échelle qui le sont au titre du programme-cadre pour l'innovation et la compétitivité (PIC). «Le vieillissement de la population européenne est un défi pour notre marché de l'emploi et nos systèmes de services sociaux et de soins de santé. Mais c'est aussi une opportunité économique et sociale», a déclaré Viviane Reding, commissaire européenne en charge de la société de l'information et des médias. «Les TIC donneront naissance à des produits et services nouveaux et plus accessibles, répondant aux besoins des personnes âgées.»

Articles connexes