Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une étude européenne met en lumière le rôle des lamines dans la maladie et le vieillissement

Une étude financée par l'UE menée par des chercheurs en Autriche a démontré que les lamines sont responsables de la production de nouvelles cellules spécifiques au tissus dans les organismes adultes, et jouent donc un rôle clé dans le maintien et la régénération des tissus de ...

Une étude financée par l'UE menée par des chercheurs en Autriche a démontré que les lamines sont responsables de la production de nouvelles cellules spécifiques au tissus dans les organismes adultes, et jouent donc un rôle clé dans le maintien et la régénération des tissus de renouvellement tels que la peau ou les muscles. Les résultats des travaux ont d'importantes implications pour les troubles héréditaires tels que la dystrophie musculaire, la cardiomyopathie, le diabète et le vieillissement prématuré. Les résultats, publiés dans la revue Nature Cell Biology, sont le fruit d'un projet d'une durée de trois ans intitulé EURO-Laminopathies, bénéficiant d'un budget de 2,5 millions d'euros au titre du sixième programme-cadre (6e PC) dans le cadre du domaine thématique «les sciences de la vie, la génomique et la biotechnologie pour la santé». Le professeur Roland Foisner de l'université médicale de Vienne (Autriche) a travaillé avec une équipe de chercheurs originaires d'Autriche, de Singapour et des États-Unis et a examiné les propriétés moléculaires de la lamina nucléaire (réseau de lamines) ainsi que l'impact de ces propriétés dans les maladies et le vieillissement. Les lamines sont des composés protéiniques structurels situés dans le noyau des cellules des vertébrés. Les laminopathies sont des maladies héréditaires, et comprennent les dystrophies musculaires, les cardiomyopathies, la lipodystrophie, le syndrome de la résistance à l'insuline, les diabètes et le vieillissement prématuré (progeria). Elles sont toutes caractérisées par des mutations au niveau des gènes qui codent les protéines de l'enveloppe nucléaire, à savoir les lamines de type A et les protéines se liant aux lamines. Le projet EURO-Laminopathies a tenté d'identifier les mécanismes moléculaires sous-jacents de ces mutations afin de mieux comprendre comment leur impact sur les lamines peut réduire la résistance au stress des cellules. La couche externe du noyau cellulaire est connue sous le nom d'enveloppe cellulaire. La couche interne de cette enveloppe est appelée la lamina nucléaire à disposition périphérique et contient la protéine lamine A. La lamine A a longtemps été considérée comme étant un composé structurel exclusif aux cellules des vertébrés; l'étude menée par l'équipe du professeur Foisner a démontré qu'elle était impliquée dans d'autres processus. Les chercheurs ont étudié les cellules en culture ainsi que dans des modèles animaux de souris et ont confirmé que la lamine A est essentielle à la régulation du cycle cellulaire. Ils ont observé que la lamine A était responsable de la régulation de la prolifération et la différenciation des cellules progénitrices, qui sont similaires aux cellules souches, dans les tissus nécessitant une régénération constante, tels que l'épiderme ou les tissus musculaires. Les biochimistes ont supprimé un «partenaire de liaison» spécifique à la lamine A, qui détermine l'endroit où sera la protéine au sein du noyau. Cette suppression a induit une production de lamines A mal placées, ce qui a, à sont tour, nuit à la capacité de la cellule à arrêter le cycle de la division cellulaire. Par conséquent, cela a occasionné une surproduction de cellules progénitrices ainsi qu'une hyperplasie du tissu (à savoir une augmentation du nombre de cellules suite à une division cellulaire constante). «Nous pensons que nos résultats sont extrêmement importants dans le domaine des laminopathies humaines, ce qui indique que les mutations au niveau de la lamine A ou de la protéine LAP2 peuvent entraver l'action des cellules progénitrices dans la régénération des tissus», conclut l'étude. Un des objectifs du projet EURO-Laminopathies est d'appliquer les informations récemment obtenues afin d'identifier les médicaments cibles en vue d'une possible intervention thérapeutique. «Nous commençons à peine à comprendre certaines fonctions des lamines dans les cellules souches adultes», explique le professeur Foisner. «Le rôle des lamines dans le processus de vieillissement naturel est extrêmement intéressant et a un grand impact scientifique et social, et nous sommes impatients de poursuivre nos recherches dans ce domaine.»

Pays

Autriche

Articles connexes