Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

À la découverte des montagnes cachées de l'Antarctique

Dévoiler les mystères qui entourent l'Antarctique, cette région encore inexplorée: voilà l'objectif que s'est fixé le tout dernier projet international de recherche interdisciplinaire. Ce projet, intitulé AGAP (Antarctica's Gamburtsev Province), se déroulera dans le cadre du p...

Dévoiler les mystères qui entourent l'Antarctique, cette région encore inexplorée: voilà l'objectif que s'est fixé le tout dernier projet international de recherche interdisciplinaire. Ce projet, intitulé AGAP (Antarctica's Gamburtsev Province), se déroulera dans le cadre du programme de l'Année polaire internationale (IPY) 2007-2009. Il partira à la recherche de la plus vieille plaque de glace de notre planète, étudiera les lacs subglaciaires et explorera la chaîne de montagnes Gamburtsev. Ces activités, ainsi que d'autres, permettront à l'équipe de recherche de déterminer les changements s'étant produits dans le passé, les changements actuels ainsi que leur impact à l'avenir. L'équipe se compose de chercheurs, d'ingénieurs, de pilotes et d'un personnel de soutien originaires d'Australie, de Chine, d'Allemagne, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis. Les chercheurs considèrent ce projet comme l'un des plus ambitieux sur les plans scientifique, technique et des plus exigeants sur le plan physique jamais entrepris en Antarctique. Il est financé et dirigé par les opérateurs nationaux en Antarctique des six pays participants. «C'est un projet à la fois passionnant et délicat. C'est un peu comme si l'on se préparait à aller sur Mars», explique le Dr Fausto Ferraccioli du British Antarctic Survey (BAS), l'une des institutions participant au projet. «Des scientifiques venus de six pays différents vont travailler main dans la main pour réaliser l'impensable: explorer les profondeurs de l'Antarctique, l'une des dernières frontières encore non franchie de notre planète», explique-t-il. «Pendant deux mois et demi, nos équipes vont unir leur savoir et leurs ressources afin d'examiner des montagnes de la taille des Alpes enterrées sous une plaque de glace et qui défient encore toute explication géologique rationnelle.» Parallèlement, l'équipe se mettra également à la recherche d'une couche de glace vieille de plus de 1,2 million d'années, continue le Dr Ferraccioli. «Enfermés sous cette couche de glace ancienne se trouvent des empreintes du changement climatique passé, lesquelles nous permettront d'établir de meilleures prévisions pour l'avenir.» Personne n'a jamais vu les montagnes Gamburtsev. Elles s'étendent sur 1200 kilomètres et mesurent plus de 3000 mètres de haut, mais sont recouvertes de 600 mètres de couche de glace. Pour résoudre cette énigme, les chercheurs chinois, japonais et américains appliqueront des techniques utilisées en séismologie afin de déterminer la structure à la base de ces montagnes, et produiront des images en quatre dimensions de leur évolution. Les scientifiques ont toujours pensé que ces montagnes enfouies sous la glace étaient le lieu de naissance de l'énorme plaque de glace à l'est de l'Antarctique, explique l'équipe. Les travaux qui seront réalisés dans le cadre de ce projet offriront de nouveaux renseignements sur la formation de cette chaîne de montagnes et fourniront aux chercheurs le site idéal pour de futures missions de carottage, peut-on lire dans le compte-rendu. Parallèlement, l'équipement utilisé au cours du projet proposera également une vue tridimensionnelle de ce monde inconnu. Le BAS s'est associé à l'institut fédéral de géosciences et de ressources naturelles (BGR) et à la fondation nationale américaine de la science (NSF). Ensemble, ils utiliseront un avion équipé de radars pouvant pénétrer la glace, de capteurs magnétiques et de gravimètres. Selon le professeur Nicholas Owens, directeur du BAS, «un chapitre étonnant de l'histoire de notre planète est enfermé dans la glace et les roches de l'Antarctique. Nous disposons désormais de technologies suffisamment avancées pour partir à la découverte des secrets de ce laboratoire naturel unique. Ces recherches ne seront réalisables qu'en acceptant de collaborer avec des partenaires de différents programmes basés en Antarctique», conclut-il.

Pays

Australie, Chine, Allemagne, Japon, États-Unis

Articles connexes