Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les données numériques s'ouvrent à l'avenir

Une équipe de chercheurs européens a mis au point un logiciel pour assurer la préservation, l'accessibilité et la compréhension des données stockées numériquement, et ce indéfiniment. L'outil est ouvert à tous et peut être téléchargé gratuitement. Les travaux s'inscrivent dans...

Une équipe de chercheurs européens a mis au point un logiciel pour assurer la préservation, l'accessibilité et la compréhension des données stockées numériquement, et ce indéfiniment. L'outil est ouvert à tous et peut être téléchargé gratuitement. Les travaux s'inscrivent dans le cadre du projet CASPAR («Cultural, artistic and scientific knowledge preservation, for access and retrieval»), soutenu à hauteur de 8,8 millions d'euros au titre du domaine thématique «Technologies de la société de l'information» (TSI) du sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE. Jusqu'à présent, les volumes importants de données électroniques tels que les registres officiels, les archives de musées et les résultats scientifiques étaient illisibles ou couraient le risque d'être égarés en raison de l'incompatibilité avec les technologies les plus récentes, ou parce que les utilisateurs ne comprenaient pas ces informations. Mais grâce au nouveau logiciel développé en open source, ce problème sera désormais de l'histoire ancienne. «Les informations numériques sont extrêmement vulnérables et aussi très précieuses», déclarait Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la stratégie numérique. «Nous avons tous été confrontés à un moment ou à un autre à ce problème; des photos de famille auxquelles on ne peut pas accéder, ou des anciens documents, et la frustration que provoquent ces technologies incompatibles.» La commissaire a ajouté qu'elle «se réjouissait du potentiel offert par les outils et les techniques mis au point dans le cadre du projet CASPAR pour garantir la qualité et l'accessibilité constantes de données précieuses». Comme tout le monde le sait, les technologies numériques ont révolutionné la manière dont nous gérons les connaissances et les informations. Des domaines scientifiques tels que l'astronomie ou la climatologie reposent sur l'analyse quantitative de gros volumes de données sur une longue période. Par exemple, cela fait maintenant plusieurs dizaines d'années que l'on collecte des données prouvant l'incidence des activités humaines sur le réchauffement climatique. Compte tenu de l'évolution constante des technologies d'enregistrement des données, depuis les cartes perforées et les bandes magnétiques jusqu'à l'informatique dématérialisée sur d'immenses serveurs, les progrès scientifiques dépendront énormément de la capacité à accéder aux informations et à les comprendre. Par exemple, il serait utile de pouvoir imprimer les données chiffrées produites par les satellites d'observation de la Terre et de les comprendre. Gardant cela à l'esprit, le projet CASPAR couvre un grand éventail de questions liées à la conservation de tous les types d'informations numérisées et à la manière dont elles pourraient être utilisées ultérieurement. L'outil développé par CASPAR permet de décrire les données avec suffisamment de précision pour que les chiffres puissent être extraits à l'avenir, ce qui équivaut à la capacité de les imprimer. CASPAR veille par ailleurs à ce que ces chiffres, et les liens entre eux, puissent être compris et facilement utilisables par tout type de logiciel et pour tout type de recherche, selon le souhait des chercheurs de demain. D'après les partenaires de CASPAR, originaires de République tchèque, de Grèce, de France, d'Italie, d'Israël et du Royaume-Uni, ces méthodes ont été testées sur différents types de données relatives aux sciences, au patrimoine culturel et aux arts du spectacle contemporains, et elles ont connu un immense succès. Dans le domaine des sciences, les chercheurs ont d'ores et déjà testé les données provenant de la communauté des sciences de la Terre. En ce qui concerne le patrimoine culturel, ils se sont plutôt concentrés sur la conservation de toutes les données nécessaires à la documentation, à la visualisation et à la modélisation des sites du patrimoine. Pour ce qui est de l'art contemporain, l'équipe s'est penchée sur des sujets aussi divers que la musique contemporaine ou les arts du spectacle, ainsi que sur d'autres formes d'art technologique telles que les jeux vidéo.

Pays

Tchéquie, Grèce, France, Israël, Italie

Articles connexes