CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

Comment améliorer la préparation aux épidémies grâce au vaccin contre le virus Ebola

Un consortium mondial d’experts académiques et du secteur privé ont démarré un essai clinique à grande échelle pour aider à prévenir la propagation de l’épidémie d’Ebola.

© Tobias Arhelger, Shutterstock

La maladie à virus Ebola (MVE) qui affecte les humains et les autres primates peut entraîner la mort, avec des taux de mortalité situés entre 25 et 90 %. La République démocratique du Congo (RDC) se trouve aux prises avec la deuxième plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 2 000 personnes sont mortes et plus de 3 000 infections ont été confirmées depuis que l’épidémie a été déclarée en 2018. Le projet EBOMAN, financé par l’UE, soutient les mesures prises par le gouvernement de la RDC, avec la collaboration de partenaires nationaux et internationaux. Selon un communiqué de presse du CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), le consortium aide les autorités de RDC à introduire un deuxième vaccin expérimental contre le virus Ebola dans le cadre d’un protocole d’essai clinique. «Le vaccin contre le virus Ebola à deux doses (Ad26.ZEBOV MVA-BN-Filo) est fabriqué par Janssen une des entreprises pharmaceutiques du groupe Johnson & Johnson.» Et d’ajouter: «Il a été développé en collaboration avec des partenaires mondiaux, dont Bavarian Nordic A/S, la BARDA (U.S. Biomedical Advanced Research and Development Authority) aux États-Unis, une partie de l’ASPR (Office of the Assistant Secretary for Preparedness and Response) du HHS américain (U.S. Department of Health and Human Services), l’IMI (Innovative Medicines Initiative) financée par le programme Horizon 2020 de l’Union européenne, et les Instituts américains de la santé (NIH, U.S. National Institutes of Health) du HHS.»

Compléter le vaccin existant

Ce second vaccin vient compléter le vaccin actuel (rVSV-ZEBOV-GP, fabriqué par Merck), comme indiqué dans le communiqué de presse du CEPI. «Plus de 6 500 personnes ont participé à plusieurs essais cliniques, terminés ou en cours, du vaccin contre le virus Ebola mis au point par Janssen. Les données disponibles indiquent que le vaccin est bien toléré et induit une réponse immunitaire solide à la souche du virus Ebola venant du Zaïre, à l’origine de l’épidémie en RDC.» L’introduction du second vaccin expérimental est conforme aux recommandations de SAGE (Strategic Advisory Group of Experts) de l’OMS sur l’immunisation. Publiées en mai 2019, les recommandations SAGE comprennent plusieurs mesures comme l’adaptation de la dose du vaccin rVSV-ZEBOV-GP et l’évaluation d’un second vaccin selon les protocoles adéquats. La stratégie de vaccination principale utilisée avec le vaccin rVSV-ZEBOV-GP est une «stratégie en anneau» ciblant les contacts des personnes atteintes par le MVE et les autres travailleurs de santé et de première ligne à haut risque.

Amorçage et renforcement

L’IMI, un partenariat entre l’UE et l’industrie pharmaceutique européenne, a contribué au financement de l’essai via son programme Ebola+ destiné à soutenir plusieurs consortium qui mènent divers essais cliniques et d’autres activités de développement de vaccins. Le consortium, financé par l’entreprise commune IMI 2, comprend EBOVAC1, EBOVAC2, EBOVAC3, EBOMAN et EBODAC. Le projet EBOMAN (Manufacturing and Development for Rapid Access Ebola Vaccine - EBOMAN) s’est terminé en 2017. Il portait sur l’accélération du développement et sur la fabrication d’un vaccin Ebola d’amorçage (Ad26.ZEBOV) et de renforcement (MVA-BN-Filo). Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet EBOMAN

Pays

Allemagne