Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Penser les vaccins d’une manière différente en ce contexte de COVID-19

La vaccination est une question particulièrement sensible pendant cette pandémie de COVID-19, qui suscite un certain scepticisme et une certaine méfiance au sein du grand public. D’éminents scientifiques discutent des résultats de leurs recherches qui ouvrent la voie à de nouvelles perspectives.

Santé

Les vaccins ont permis d’éradiquer des maladies infectieuses qui, par le passé, tuaient des personnes. La vaccination a par conséquent été l’une des interventions sanitaires préventives les plus importantes de ces deux derniers siècles. Bien qu’une série d’idées fausses ait suscité la méfiance des membres de la société, la pandémie de COVID-19 a placé les vaccins au premier plan de la recherche et de l’intérêt public. D’éminents scientifiques bénéficiaires de subventions du Conseil européen de la recherche (CER) ont abordé des questions cruciales liées aux vaccins lors d’une session virtuelle baptisée «Re-Thinking Vaccines» — repenser les vaccins dans le cadre de la conférence EuroScience Open Forum: ESOF 2020 Trieste (ESOF2020) qui s’est tenue en ligne du 2 au 6 septembre. Organisée par le CER, cette session a permis de remettre en question la perception qu’ont les personnes des vaccins en tant que prévention de certaines maladies, mais aussi comme potentiels outils contre la maladie, la résistance aux antibiotiques et actuellement la COVID-19. «Ce qui va vraiment intéresser les personnes et ce qui va réellement conditionner l’adoption d’un vaccin COVID-19, c’est la manière dont les messages de santé publique et les personnalités politiques clés sont capables d’empêcher les mauvais esprits d’entrer dans le débat publique, notamment avec des allégations relatives à des effets secondaires exagérés», commente le Dr Jason Reifler (projet DEBUNKER), professeur de sciences politiques à l’université d’Exeter. Il met en garde contre les risques liés à toute précipitation relative à un vaccin COVID-19. «Alors qu’il existe un immense besoin immédiat de vaccin, les conséquences à long terme d’une erreur, pour la COVID en particulier et pour tous les vaccins en général, sont extrêmement graves. En tant que société, nous sommes prêts à accepter des risques justifiés, mais nous ne sommes pas prêts à accepter des risques non justifiés.»

Découvrir de nouvelles voies et relever les défis

Un rapport sur la session indique que, selon le Dr Rino Rappuoli (projet vAMRes), scientifique en chef et responsable de la R&D externe chez GSK Vaccines à Sienne, en Italie, et professeur de recherche sur les vaccins à l’Imperial College de Londres: «Les maladies infectieuses nous enlèvent notre liberté. Mais avec l’hygiène et les antibiotiques, les vaccins peuvent la restaurer.» Il poursuit en disant: «Aujourd’hui, pour fabriquer des vaccins, nous n’avons plus besoin du virus. Nous avons seulement besoin de la séquence du virus téléchargée sur Internet.» Le Dr Rappuoli souligne le rôle des nouvelles technologies basées sur les gènes synthétiques et l’efficacité des anticorps monoclonaux en tant que traitement préventif, susceptibles d’être achevés bien avant un vaccin COVID-19. La Dre Christine Benn (projet CHILIC), professeure en santé mondiale à l’Université du Danemark du Sud, a fait remarquer: «J’aime penser aux vaccins vivants comme à un court de tennis, avec un très bon adversaire qui vous fait courir sur tout le terrain et vous prépare à la compétition.» Elle affirme que les vaccins vivants agissent comme un stimulant pour l’ensemble du système immunitaire, car ils ne traitent pas seulement des maladies spécifiques mais constituent un entraînement plus général pour le système immunitaire. «Les vaccins inactivés sont comme un lanceur de balles, qui vous apprend à très bien réagir face à une cible très spécifique», ajoute-t-elle, en clarifiant la différence entre les deux types de vaccins. «Le système immunitaire est merveilleusement complexe. Un peu comme un cerveau, il apprend de l’expérience et il peut transposer cette expérience dans d’autres situations sans rapport.» La Dre Benn conclut en révélant une nouvelle approche de la manière dont nous envisageons les vaccins. Financé par l’UE, le projet ESOF2020 (EuroScience Open Forum 2020 Trieste), en cours, organise la conférence scientifique générale paneuropéenne consacrée à la recherche et innovation scientifique. Il s’agit du plus grand événement interdisciplinaire d’Europe consacré à la science et à l’innovation. Pour plus d’informations, veuillez consulter site web de l’EuroScience Open Forum: ESOF 2020 Trieste

Mots‑clés

ESOF2020, vaccin, COVID-19, CER, ESOF, EuroScience Open Forum 2020 Trieste

Articles connexes