Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Réunir la communauté de la biologie structurelle en Europe

L’étude de macromolécules biologiques comme les protéines, l’ADN et l’ARN nécessite des technologies spécialisées de biologie structurale, disponibles dans un nombre limité d’instituts de recherche en Europe. Les membres du consortium iNEXT ont uni leurs forces pour proposer un accès transnational à ces installations et pour soutenir les recherches dans ce domaine.

Technologies industrielles
Santé

Les technologies de biologie structurelle telles que la microscopie électronique, la résonance magnétique nucléaire (RMN) et la cristallographie à rayons X permettent de mieux comprendre l’architecture moléculaire des cellules, de déterminer la structure des macromolécules et d’obtenir des informations sur leurs interactions. Ensemble, ces connaissances sont essentielles pour mieux appréhender les causes des maladies ainsi que pour développer de nouveaux médicaments et biomatériaux. Les infrastructures de biologie structurale s’avèrent toutefois trop coûteuses pour être déployées localement.

Une tutelle organisationnelle pour la biologie structurelle

Le projet iNEXT, financé par l’UE, a réuni des partenaires majeurs dans des institutions biologiques et biomédicales de toute l’Europe, abritant de grandes installations de biologie structurelle, afin que la communauté scientifique puisse y accéder. «L’idée consistait non seulement à faciliter l’utilisation des technologies de pointe mais aussi à intégrer des compétences complémentaires et à stimuler fortement la recherche translationnelle», explique Rolf Boelens, coordinateur du projet et professeur à l’Université d’Utrecht, aux Pays-Bas. En fonction de leur expertise dans le domaine, les chercheurs peuvent soumettre une proposition pour accéder à des instruments de pointe ou pour recevoir une aide supplémentaire s’ils viennent de disciplines connexes ou ne possèdent pas d’expertise en biologie structurelle. Les propositions peuvent venir aussi bien du milieu universitaire qu’industriel, et sont évaluées par des examinateurs internationaux indépendants. Le projet met en place un réseau au sein de la communauté de la biologie structurale en soutenant des activités de recherche communes orientées vers les nouvelles méthodologies, la découverte de médicaments et la caractérisation des protéines membranaires. «iNEXT a été un projet intégré unique, servant d’exemple au niveau mondial et renforçant le rôle prépondérant de l’Europe en biologie structurale», souligne Rolf Boelens. À travers des réunions et des ateliers, le projet forme des débutants ainsi que des experts, et stimule les interactions au sein des différentes infrastructures afin de promouvoir une recherche de qualité. Il offre également une formation sur place aux chercheurs invités, ce qui favorise la mobilité et les collaborations.

Des projets de recherche soutenus par iNEXT

iNEXT a reçu plus de 900 propositions, dont plus de 700 ont été approuvées. Le nombre de publications, qui dépasse les 200 à ce jour, illustre l’impact global du projet. Pour continuer à promouvoir la participation des communautés scientifiques, iNEXT a lancé un certain nombre d’activités de sensibilisation, notamment en participant à de grandes conférences universitaires et industrielles. Des utilisateurs d’iNEXT ont découvert le mécanisme moléculaire par lequel Legionella pneumophila, l’agent pathogène de la légionellose, cible les protéines effectrices chez son hôte. Par ailleurs, à l’aide de la technologie de la RMN, des chercheurs ont pu déterminer les structures des télomères, préparant ainsi le terrain pour une conception rationnelle de médicaments anticancéreux. La cryo-microscopie à haute résolution a permis de mieux comprendre le mécanisme de terminaison de la transcription chez les eucaryotes, par les peptides antimicrobiens, ouvrant ainsi de nouvelles voies pour la conception d’antibiotiques innovants.

Une pépinière de découvertes potentielles en matière de médicaments

La découverte de médicaments implique des experts compétents, des instruments spécialisés et une expertise dans différents domaines de recherche dont ne disposent pas la plupart des chercheurs universitaires ou des chercheurs de la petite industrie. Différents partenaires d’iNEXT ont collaboré pour assembler et valider de nouvelles banques de fragments qui peuvent être exploitées dans des pipelines de découverte de médicaments à haut débit. La plateforme permet d’identifier des médicaments qui ciblent des protéines spécifiques et qui contribuent aux innovations dans les domaines de la santé et des biotechnologies. «iNEXT a réussi à mettre en place un réseau productif regroupant différentes communautés de recherche en biologie structurale qui étaient auparavant en concurrence», conclut Rolf Boelens. Il espère que les futurs programmes de financement de la Commission européenne appuieront des consortiums synergiques et continueront à soutenir la biologie structurelle, qui est en pleine expansion.

Mots‑clés

iNEXT, biologie structurale, infrastructure, découverte de médicaments, RMN, réseau, accès transnational, biotechnologie, microscopie électronique, cristallographie à rayons X

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application