Skip to main content

DEPLOYMENT OF DEEP ENHANCED GEOTHERMAL SYSTEMS FOR SUSTAINABLE ENERGY BUSINESS

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une profondeur de forage record renforce l’idée qu’une Europe neutre en carbone est possible

Les systèmes géothermiques perfectionnés pourraient bien faire passer l’énergie géothermique du statut de marginal à celui de contributeur sérieux pour une Europe neutre en carbone. Les tests de forage fructueux menés dans le cadre du projet DEEPEGS représentent une étape majeure vers un tel avenir.

Énergie

L’énergie géothermique est écologique, infinie et virtuellement disponible partout. Cependant, la pleine exploitation de son potentiel nécessite de nouvelles technologies capables de tirer parti de sites produisant naturellement de la chaleur mais manquant à la fois d’eau et de roches suffisamment perméables. C’est là que les systèmes géothermiques perfectionnés (EGS), et plus spécifiquement le projet DEEPEGS, entrent en jeu. En avril 2017, DEEPEGS faisait les gros titres pour son forage fructueux de 4 659 mètres de profondeur dans un gisement géothermique en Islande. Cette entreprise unique en son genre a ouvert une myriade d’opportunités pour le secteur géothermique avec ce qui constitue encore à ce jour un record mondial. «La perméabilité hautement élevée de ce site très chaud situé à Reykjanes à plus de 3 km de profondeur a été une très bonne surprise», indique Gudmundur Ómar Fridleifsson, coordinateur de DEEPEGS. «Aucun déblai de forage ou fluide de refroidissement de forage n’a atteint la surface en‑dessous d’une profondeur de 3,2 km. Aucun forage à une profondeur de 4 650 mètres avec des systèmes géothermiques à haute température n’avait jamais été réalisé auparavant dans un environnement où les températures du réservoir ont été confirmées à 600 ºC.» La faible perméabilité constitue l’un des obstacles majeurs au développement du marché des EGS et le projet DEEPEGS visait à le surmonter. L’équipe du projet a initialement prévu de mener des expérimentations sur le renforcement de la perméabilité dans le sud de la France, où l’on s’attendait à trouver des températures supérieures à 200 ºC en‑dessous de 4 km de profondeur. Les choses ne se sont cependant pas déroulées comme prévu: des retards se sont accumulés sur les tests de trois gisements que le projet avait prévu d’utiliser, et, «au fil du temps, nous nous sommes rendu compte qu’aucun de ces trois gisements n’aurait obtenu le feu vert», explique Sigurdur G. Bogason, responsable du projet DEEPEGS.

Prochaine étape: gagner le cœur de l’Europe continentale

Afin de poursuivre ses travaux, le consortium a dû remplacer les trois gisements initialement ciblés par le site géothermique de Vendenheim en Alsace, où est actuellement testée une amélioration avec branches multiples (multidrain) pour une perméabilité accrue. Si l’opération s’avère fructueuse, elle pourrait avoir un impact immédiat sur l’adoption des EGS en Europe. «Le granit dont la température excède les 200 ºC a déjà été foré, tandis que le renforcement de la perméabilité est toujours en cours», remarque M. Bogason. L’un des principaux problèmes rencontrés par le consortium français était le scepticisme des communautés et des autorités françaises envers les EGS, bien que cette technologie soit respectueuse de l’environnement. De gros efforts de communication ont dû être déployés par la société énergétique Fonroche Géothermie pour recevoir l’autorisation à Vendenheim. Comme le remarque M. Friedleifsson, tous les projets proches des zones urbaines en Europe continentale nécessiteront un niveau élevé de communication afin d’engager les citoyens et les autorités locales. Les partenaires du projet s’attendent à ce que le succès du projet en Islande impacte le marché d’ici dix ans. En attendant, ils poursuivront la diffusion des résultats positifs du projet DEEPEGS afin de convaincre l’industrie géothermique de forer dans des systèmes très chauds pour accroître la production énergétique. «Les enseignements tirés sont précieux et ils ont déjà mené à des découvertes technologiques avancées, telles que les tubages profonds, par ailleurs des essais pour les raccordements flexibles sont en cours de planification sur la base de l’expérience acquise avec DEEPEGS» conclut M. Fridleifsson.

Mots‑clés

DEEPEGS, géothermique, système géothermique perfectionné, Reykjanes, Islande, Vendenheim, France, forage, température élevée

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application