Skip to main content

Novel anaerobic digestion fertiliser unit

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une approche innovante de la gestion des digestats

Une entreprise nord-irlandaise spécialisée dans la production d’engrais met à profit un financement de l’UE pour évaluer la faisabilité technique et le potentiel commercial de plusieurs applications de gestion des digestats.

Alimentation et Ressources naturelles

L’utilisation de la digestion anaérobie (DA), à savoir le processus biologique de dégradation de la matière organique par des micro-organismes, est de plus en plus fréquente. En effet, la DA produit du biogaz, un gaz durable et riche en méthane qui peut être utilisé comme combustible ou dans la production d’engrais. Revers de la médaille, la DA produit également une grande quantité de déchets nutritifs appelés digestat, dont l’élimination peut s’avérer problématique car ils doivent être épandus sur les champs ou éliminés dans des installations de traitement des eaux usées. Le projet ADFU (Novel anaerobic digestion fertiliser unit), financé par l’UE, contribue à relever ce défi en développant une nouvelle technologie dédiée aux digestats. «Nos travaux s’intéressent à la transformation de la liqueur de déchets issue de la DA en un engrais granulaire bon marché facile à stocker et à transporter», explique Quinton Fivelman, PDG de ADFerTech, une entreprise nord-irlandaise spécialisée dans la production d’engrais. «Après transformation, ce liquide est pauvre en nutriments et présente une faible qualité organique, ce qui lui confère une longue durée de vie et lui permet d’être facilement évacué dans les eaux usées ou déversé dans des plans d’eau.»

Combler une lacune du marché

Un financement de l’UE a permis à ADFerTech d’évaluer entièrement la faisabilité technique et le potentiel commercial de plusieurs applications de gestion des digestats. Les travaux portaient sur la conduite d’entretiens approfondis avec les principaux acteurs du marché, le test d’un prototype permettant de mettre à l’échelle la technologie, l’examen du marché et l’élaboration d’une stratégie de commercialisation. «Cette subvention s’est révélée essentielle dans la mesure où elle nous a permis d’améliorer notre compréhension du marché grâce à l’étude des différents leviers et barrières qui existent sur le marché de la DA», explique Quinton Fivelman. D’après Quinton Fivelman, le projet ADFU a mis au jour une importante lacune du marché, lacune qu’ADFerTech est particulièrement bien armée pour combler. «Les usines de DA utilisées par le secteur DA des déchets organiques sont souvent implantées dans des zones industrielles et, à ce titre, n’ont pas accès à des terres où elles peuvent épandre le digestat ou ne disposent pas de l’espace nécessaire à la construction d’installations de stockage du digestat», poursuit-il. «Étant donné le besoin important pour notre technologie émanant du secteur AD commercial des déchets organiques, c’est sur elle que nous comptons concentrer nos efforts de commercialisation.»

Le Saint Graal des technologies de traitement du digestat

Le projet ADFU a permis à ADFerTech de confirmer que son approche innovante de la gestion des digestats, qui a recours à une nouvelle méthode de récupération des nutriments, convient à tout un éventail de marchés et d’applications industrielles. «Il nous a été rapporté à maintes reprises que la capacité de notre dispositif à récupérer les précieux nutriments en un seul processus rentable, tout en créant un produit final facile à gérer, à valeur ajoutée et qui contribue à une économie verte, représente le “Saint Graal” des technologies de traitement du digestat», ajoute Quinton Fivelman. Afin de valoriser ce potentiel, l’entreprise s’emploie à développer l’unité ADFerTech afin de permettre le traitement de volumes de digestat supérieurs de plusieurs ordres de grandeur aux capacités actuelles. Elle élabore également un plan d’innovation commerciale qui intègre une stratégie de commercialisation détaillée, élément clé de la collecte de fonds à venir. «Face à l’appétit croissant des installations de production d’énergie pour les déchets biologiques, le marché devient de plus en plus concurrentiel», ajoute Quinton Fivelman. «Grâce à l’appui financier de l’UE, ADFerTech peut tenir à la dragée haute aux acteurs du secteur la scène internationale, l’objectif étant d’intégrer notre dispositif à toutes les usines de DA en Europe et, , dans le monde entier.»

Mots‑clés

ADFU, ADFerTech, digestat, engrais, digestion anaérobie, biogaz

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application