Skip to main content

Lands of Meaning. A Geographical Information System Study of Space and Social Praxis in Ancient Attika, Greece, from the Mycenaean Age to the birth of Democracy (1200-480 BC)

Article Category

Article available in the folowing languages:

Mieux comprendre Athènes à la période préclassique grâce aux nouvelles technologies

Un archéologue utilise actuellement des technologies de cartographie numérique pour appréhender de manière innovante les données disponibles relatives à la période préclassique d’Athènes, souvent négligée.

Société

Il est notoire que l’Athènes antique et sa région, l’Attique, ont vu naître la démocratie et ont été au cœur du développement d’une grande partie de la philosophie, de la politique et de l’art qui ont défini la civilisation occidentale. Mais qu’en est-il de la place de cette cité avant la période classique? Quel rôle, si tant est qu’il y en ait eu un, Athènes a-t-elle joué entre 1450 et 500 avant J.-C.? C’est la question que pose le projet LandsofMeaning, financé par l’UE et réalisé avec le soutien du programme Marie Skłodowska-Curie. «Cette période de l’histoire coïncide avec le début du développement urbain et des normes économiques, commerciales et sociales qui accompagnent l’urbanisation», explique Nikolaos Arvanitis, chercheur rattaché à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et coordinateur du projet LandsofMeaning. «Malheureusement, de nombreux aspects de ces processus historiques sont mal compris, en grande partie à cause d’un manque d’analyse spatiale.» En utilisant des technologies modernes de cartographie numérique, comme les systèmes d’information géographique (SIG), les chercheurs sont en mesure de porter un nouveau regard sur les données archéologiques provenant de cette période préclassique. Il en résulte de nouvelles perspectives sur une partie importante, mais souvent négligée de l’histoire européenne.

Un Google Earth pour l’antiquité classique

Au cœur du projet LandsofMeaning se trouve un système d’information archéologique intuitif. Combinant des logiciels de CAO, des bases de données relationnelles et une base de données géographiques de SIG, ce système sert de plateforme intégrée et inclut des technologies numériques et des instruments archéologiques et sociologiques modernes. Le résultat final est un système de cartographie capable d’ajouter des valeurs topographiques aux données graphiques et aux textes, fournissant ainsi au chercheur en archéologie une vue plus complète, ou holistique, d’un moment et d’un lieu spécifiques dans l’histoire. Selon Nikolaos Arvanitis, l’ajout d’inscriptions et de sources littéraires aux caractéristiques physiques d’une carte permet d’effectuer des recherches spatiales qui présentent un vaste potentiel heuristique. «Nous sommes enfin en mesure d’appréhender réellement le paysage et les modèles de peuplement de l’Attique, ainsi que la pensée qui sous-tendait ces modèles», dit-il. «Imaginez un Google Earth de l’antiquité, mais un Google Earth qui vous permet de voyager dans le temps: c’est l’essence même de ce que vous pouvez faire avec le système LandsofMeaning.»

Une solution pour la sauvegarde du patrimoine culturel

Nikolaos Arvanitis a mené ses recherches au sein de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, connue dans le monde entier comme un centre d’excellence dans le domaine de l’archéologie. «Je n’aurais pas pu rêver meilleur lieu pour mener mes recherches», déclare Nikolaos Arvanitis. «La synergie entre mon superviseur et moi-même a été impeccable, et l’ensemble de la faculté a pleinement adhéré au projet.» La faculté est même allée jusqu’à intégrer le projet au programme général d’enseignement et de recherche. Elle a notamment organisé un cours spécial destiné aux doctorants sur l’utilisation des nouvelles technologies numériques et du système d’information archéologique dans le cadre de leurs propres programmes de recherche. Nikolaos Arvanitis a également eu l’occasion de réaliser devant un groupe de lycéens d’un quartier défavorisé d’Athènes une présentation interactive sur l’histoire de la ville en utilisant la technologie de cartographie développée au cours du projet. «Je suis fier que le projet LandsofMeaning nous ait permis de mettre au point une solution pour illustrer, et pas seulement pour narrer, une biographie pertinente des anciennes coutumes et de la construction de la communauté», ajoute Nikolaos Arvanitis. «Je me réjouis à l’idée de continuer à développer le programme; à terme, l’objectif est de fournir aux chercheurs une solution permettant d’évaluer, de promouvoir et de sauvegarder notre patrimoine culturel à grande échelle.»

Mots‑clés

LandsofMeaning, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Athènes préclassique, archéologue, cartographie numérique, Athènes, Attique, programme Marie Skłodowska-Curie, systèmes d’information géographique, SIG, Google Earth, antiquité

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application