Skip to main content

The future of precise personalised robotic physiotherapy

Article Category

Article available in the folowing languages:

L’innovation robotique apporte un soulagement aux personnes souffrant de lombalgie

Une innovation qui automatise le diagnostic et le traitement de la lombalgie chronique pourrait soulager des millions de patients, augmenter la productivité au travail et fournir aux thérapeutes un outil gain de temps.

Santé

La lombalgie, un trouble musculo-squelettique, est la principale cause de handicap dans le monde entier. C’est aussi la raison la plus fréquente de consultation chez le médecin et d’absence au travail. «Même si la lombalgie est vraiment fréquente, il n’existe pas de directives ou de protocoles établis quand on en arrive au diagnostic,» déclare Carlos Jiménez, le coordinateur du projet ADAMO Robot et directeur exécutif chez Adamo Robot en Espagne. «Une consultation classique chez le médecin de 15 minutes n’est en général pas suffisante pour expliquer, comprendre et évaluer tout ce qui se passe dans votre dos endolori.» Les diagnostics ont aussi tendance à être subjectifs, et la réussite des traitements qui impliquent souvent des séances de massage dépend grandement de la compétence du thérapeute. Les gens ont aussi des seuils de tolérance à la douleur différents, ce qui complique l’évaluation de l’évolution de leur état.

Thérapie automatisée du dos

L’entreprise espagnole Adamo Robot a cherché à répondre à ces défis et à rendre la kinésithérapie accessible à tous. «Notre objectif n’est pas de nous substituer aux kinésithérapeutes, mais d’améliorer leur productivité,» explique Carlos Jiménez. Pour ce faire, un robot de kinésithérapie autonome et entièrement automatisé a été mis au point. En utilisant l’intelligence artificielle [IA], le robot identifie les traitements efficaces et suit l’état des patients. Le robot commence par explorer l’organisme grâce à une vision thermique en 3D, et par identifier les zones sensibles et les zones froides. Il applique ensuite l’IA pour détecter le type de lésion du dos et définir les traitements nécessaires. Si le traitement est indispensable, le robot possède un bras robotisé à six axes capable d’effectuer des mouvements articulés. Cependant, au lieu de toucher le patient, la thérapie est réalisée par libération d’air comprimé. «Bien que certaines personnes se sentent mieux grâce à l’effet placebo du traitement manuel, le traitement sans contact est plus hygiénique,» ajoute Carlos Jiménez.

Kinésithérapie pour tous

Carlos Jiménez et ses collègues travaillent actuellement au développement d’un robot entièrement autonome, capable de mener des séances indépendantes sans intervention physique d’un kinésithérapeute. «Pour cela, le projet financé par l’UE nous a permis de définir notre programme technologique,» explique Carlos Jiménez. «Nous avons aussi été capables d’optimiser la conception mécanique et de préparer la production en masse.» D’un point de vue technique, la température de l’air comprimé a été ajustée pour apporter aux patients une sensation plus agréable. Le projet a aussi aidé l’entreprise à comprendre quels étaient les marchés prêts à adopter ce projet. «Nous avons réalisé une étude pour appréhender le coût de la kinésithérapie, la disponibilité des kinésithérapeutes et aussi quelles étaient les objections vis-à-vis de notre technologie,» observe Carlos Jiménez. «Les retours des patients et des kinésithérapeutes ont été très positifs. Nous avons été en mesure de prouver l’efficacité du traitement sur plusieurs lésions du dos. Les patients ont rapporté que le traitement était contre toute attente indolore.» La pandémie de la COVID-19 a abouti à une hausse du besoin de traiter les personnes sortant d’unités de soins intensifs (USI). Le robot sans contact de chez Adamo a montré sa capacité à aider la rééducation musculaire, tout en protégeant en même temps le personnel de soins de santé. «Le corps médical a aussi souffert d’une augmentation de la douleur de lombalgie pendant la pandémie à cause de la charge de travail,» dit-il. Le dernier prototype est déjà sur le marché. Selon Carlos Jiménez, le scénario idéal serait d’installer des robots dans les bureaux, les aéroports, les cliniques, les hôtels et les salles de sport, pour permettre aux personnes de vérifier rapidement l’état de leur dos, puis de faire un traitement rapide de 20 minutes. Toutes les données seraient ensuite stockées et disponibles pour les patients. À terme, l’entreprise espère que cette innovation offrira à ceux qui en ont besoin un meilleur accès à la kinésithérapie, en permettant d’aborder une des causes principales de la douleur chronique et du handicap.

Mots‑clés

Adamo Robot, IA, kinésithérapie, douleur, patients, médecin, trouble, diagnostic, COVID-19, coronavirus

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application