Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un avenir durable pour l’industrie européenne du carrelage

Une nouvelle méthode de fabrication de carreaux, économe en ressources et en énergie, pourrait aider les producteurs à réduire leurs coûts et à participer à l’avenir industriel durable de l’Europe.

Technologies industrielles

Les carreaux de céramique sont très présents dans les maisons, les usines et les lieux de travail du monde entier. Ils restent populaires auprès des consommateurs, en partie parce qu’ils sont durables, élégants et très faciles à entretenir. Rien qu’en Italie, les fabricants produisent des centaines de millions de carreaux de céramique chaque année. Toutefois, la rareté des ressources et la sensibilisation croissante à l’environnement poussent les fabricants à adopter des méthodes de production plus écologiques. Le procédé humide standard, largement utilisé dans le monde entier, consomme d’énormes quantités d’eau et de produits chimiques. «L’énergie utilisée pour traiter les matières premières représente environ 20 % des coûts de production des carreaux dans l’UE», note Giuseppe Cavani, coordinateur du projet MIGRATECH 4.0 et responsable de la R&D chez LB en Italie. «Cette forte consommation d’énergie entraîne le rejet d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère.» La société italienne LB a entrepris de perfectionner un nouveau procédé de fabrication de carreaux de céramique qui nécessite beaucoup moins d’eau et d’énergie. Avec l’aide du projet MIGRATECH 4.0 financé par l’UE, la société a piloté avec succès une méthode qui repose sur la technologie du broyage à sec. «Nous voulions atteindre le même niveau de qualité qu’avec les procédés actuels de broyage humide», explique Giuseppe Cavani. «Ce secteur est très compétitif, et aucune société ne veut sacrifier la qualité.» Parallèlement, Giuseppe Cavani et ses collègues ont constaté, au sein de l’industrie, une prise de conscience croissante quant au fait que l’eau allait devenir une ressource de plus en plus rare et précieuse. Investir maintenant dans des procédés de fabrication à faible consommation d’énergie pourrait aider les fabricants à atténuer l’impact d’une future pénurie de ressources.

Une production économe en énergie

Le projet MIGRATECH 4.0 a permis à la société de faire la démonstration de ses machines dans des conditions réelles. «Le projet de l’UE a été crucial à cet égard», ajoute Giuseppe Cavani. «Jusqu’à présent, nous n’avions qu’un prototype de laboratoire. Ce que nous devions faire, c’était industrialiser notre concept, en collaboration avec les producteurs de carreaux. C’est ce que nous cherchons à réaliser.» Selon Giuseppe Cavani, la nouvelle technologie de la société permet de réduire de 56 % la consommation d’eau et de produits chimiques et de 66 % la consommation d’énergie par rapport au procédé humide standard adopté par le secteur. «Cela a été rendu possible en remplaçant les principales étapes du procédé humide qui gaspillent de l’eau et consomment beaucoup d’énergie», explique-t-il. La société a introduit à leur place des technologies brevetées de broyage à sec et de microgranulation. En d’autres termes, au lieu de disperser les particules dans une boue liquide et de les broyer ensuite, les particules sont décomposées à la taille souhaitée par des rotors. «Cela signifie qu’il n’est plus nécessaire de recourir à une étape de production qui élimine l’eau», note Giuseppe Cavani. «Lors du broyage humide, l’eau est généralement éliminée à la fin, ce qui nécessite de la chaleur. Supprimer cette nécessité se traduit par une réduction des besoins en gaz et des émissions de CO2.»

Un avenir durable

Le principal avantage de ce nouveau procédé pour les fabricants est la réduction des coûts de traitement. Ces économies peuvent être répercutées sur le consommateur, garantissant ainsi la compétitivité des carreaux de céramique sur le marché. La technologie de broyage à sec permet notamment de produire ce que l’on appelle dans le commerce une poudre céramique à faible teneur en humidité. Il s’agit là d’un élément clé dans la production de carreaux de céramique de haute qualité pour les murs et les sols. Ces carreaux constituent des produits très commercialisables, et souvent les articles les plus rentables pour les fabricants de carreaux. «Les économies d’énergie réalisées grâce à notre technologie peuvent aider l’industrie européenne du carrelage à conserver sa renommée mondiale», explique Giuseppe Cavani. «Ces dernières années, des pays comme la Chine et l’Inde sont devenus de grands producteurs.» Une production durable de carreaux qui permet de fabriquer des produits de la plus haute qualité est susceptible d’aider l’Europe à devenir encore plus compétitive.

Mots‑clés

MIGRATECH 4.0, céramique, carreaux, usines, écologique, eau, énergie, broyage, CO2

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application