Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Traduire les données relatives aux choix des consommateurs en politiques qui encouragent des choix intelligents

Pour atteindre les objectifs de l’UE en matière d’efficacité énergétique, il sera essentiel de concevoir des politiques qui incitent les ménages à choisir des appareils plus économes en énergie, mais il faut pour cela savoir ce qui motive les consommateurs. Grâce à la recherche financée par l’UE, c’est désormais chose faite.

Changement climatique et Environnement
Société
Énergie

L’UE vise une augmentation de son efficacité énergétique d’au moins 32,5 % d’ici 2030, ce qui signifie une réduction d’environ un tiers de l’énergie nécessaire pour un même résultat. En 2014, les bâtiments représentaient 39 % de la consommation finale d’énergie de l’UE, des bâtiments résidentiels pour la majorité d’entre eux, de sorte qu’inciter les consommateurs à modifier leurs choix et leurs comportements pourrait changer la donne. Le projet CHEETAH, financé par l’UE, a permis de réduire au minimum les conjectures dans la conception de la politique d’efficacité énergétique résidentielle grâce à des expériences de choix très ciblées et détaillées réalisées auprès de 18 000 ménages issus de 8 pays de l’UE.

Mettre l’accent sur la logique de rentabilité pour le consommateur

CHEETAH a pris de l’avance sur la conception de son enquête grâce aux précieux résultats de son projet frère BRISKEE. Terminé en 2017, BRISKEE s’est concentré sur les préférences et les comportements des ménages et, dans une moindre mesure, sur leur utilisation pour élaborer des interventions politiques réactives. De manière complémentaire, CHEETAH a cherché à comprendre comment les interventions politiques font tomber les obstacles aux choix des consommateurs en matière d’efficacité énergétique afin de favoriser l’élaboration de politiques proactives sur mesure. Le projet a exploité des expériences quantitatives de choix discret de préférence (DCE) qui demandent aux gens de choisir parmi des alternatives présentant diverses caractéristiques de produits et/ou de politiques. La coordinatrice du projet, Barbara Schlomann, de l’Institut Fraunhofer pour la recherche sur les systèmes et l’innovation (Fraunhofer ISI), explique: «Les DCE de CHEETAH nous ont permis d’estimer la valeur pour les consommateurs des multiples caractéristiques d’un produit (par exemple le prix, les coûts énergétiques et la garantie) et également des politiques connexes (par exemple les subventions ou les labels énergétiques). En outre, l’analyse statistique des DCE a permis de calculer la propension à payer (WTP) pour certaines caractéristiques, et donc d’évaluer de manière scientifiquement rigoureuse l’importance relative des différentes caractéristiques dans le choix des produits. CHEETAH a également analysé la relation entre la WTP et les facteurs socio-économiques.»

Des résultats de l’enquête à une vision macroéconomique et à une politique énergétique

Les données de l’enquête sur les ménages ont été utilisées au sein de modèles énergétiques de bâtiments résidentiels et d’appareils électroménagers afin d’évaluer l’influence des politiques sur la demande totale d’énergie. Les résultats de la demande d’énergie ont ensuite été incorporés dans le modèle macro-économique AsTra afin de prévoir les effets des politiques énergétiques sur l’économie. Les analyses ont démontré que des politiques efficaces reflètent les différences nationales, culturelles et socio-économiques et expliquent de manière transparente les coûts et les avantages à long terme. En ce qui concerne les appareils électroménagers, la mise en œuvre des exigences d’écoconception étant très peu coûteuse par rapport aux économies d’énergie qui en résultent, le renforcement de cette politique constitue la solution la plus efficace: l’écoconception et l’étiquetage permettant de réaliser d’importantes économies d’ici 2030. Seuls des projets d’isolation des bâtiments permettent de réaliser des économies d’énergie significatives dans le secteur du chauffage résidentiel, ce qui nécessite des programmes de rénovation ambitieux et d’importants investissements en capital. L’éducation et les incitations financières ne suffiront pas à encourager de tels investissements; des mesures contraignantes seront indispensables. Barbara Schlomann résume: «La mise en œuvre des résultats du DCE dans les modèles économiques énergétiques a amélioré la résolution et le pouvoir prédictif des modèles, facilitant la conception de politiques d’efficacité énergétique plus performantes pour le présent et l’avenir, notamment dans le cadre du pacte vert pour l’Europe.» Grâce à CHEETAH, l’UE se rapproche rapidement de ses objectifs en matière d’efficacité énergétique, avec un objectif clair en vue.

Mots‑clés

CHEETAH, énergie, consommateur, politiques, politique, ménage, efficacité énergétique, enquête, résidentiel, DCE, appareils, BRISKEE, WTP, écoconception, AsTra, pacte vert pour l’Europe

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application