Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau traitement à base d’anticorps pour lutter contre Streptococcus pneumoniae

Les anticorps monoclonaux ont révolutionné le traitement du cancer. L’élargissement de leur répertoire à la lutte contre les infections bactériennes pourrait générer des avantages similaires.

Santé

La bactérie Streptococcus pneumoniae est la principale cause de pneumonie communautaire et peut également provoquer otites, sinusites, méningites et septicémies. Les antibiotiques constituent la principale ligne de défense contre ces infections, mais la résistance à ces derniers évolue rapidement.

Cocktail d’anticorps

Les anticorps monoclonaux sont des molécules en forme de Y qui guident le système immunitaire dans sa lutte contre les substances pathogènes. Le projet mABSPN, financé par l’UE, a cherché à isoler les anticorps monoclonaux susceptibles de contribuer à lutter contre les infections à Streptococcus pneumoniae. «Les efforts actuels se concentrent sur le développement d’un nouveau vaccin», déclare Leire Aguinagalde, chercheuse du projet mABSPN. «Ces efforts ont été couronnés de succès», explique-t-elle, «mais il existe encore un grand nombre de cas liés à la variabilité de Streptococcus pneumoniae.» L’une des principales caractéristiques de Streptococcus pneumoniae est qu’il contient plus de 90 capsules de polysaccharide, or celles-ci représentent l’un des principaux facteurs qui déterminent la virulence d’une maladie et chacune induit une réponse immunitaire spécifique. Conséquence de cette grande variété, les vaccins ne protègent que de certaines, d’où la nécessité de traitements plus généraux. Grâce aux succès obtenus en oncologie, il est désormais plus facile de produire et de modifier l’activité des anticorps monoclonaux. Pour une utilisation contre Streptococcus pneumoniae, il est nécessaire d’identifier un anticorps qui cible un antigène commun à plusieurs souches, provoquant une réponse immunitaire puissante. Une stratégie alternative consisterait à produire un cocktail d’anticorps capables de réagir à de nombreuses souches différentes.

Traitement modifié

«Comme les anticorps monoclonaux exploitent la puissance naturelle du système immunitaire, leur utilisation dans le traitement des infections bactériennes est d’un intérêt croissant», explique Leire Aguinagalde. «En outre, ils n’ont pas besoin d’être spécifiques à un sérotype. Nous nous concentrons sur les anticorps contre Streptococcus pneumoniae, mais l’objectif ultime est d’extrapoler les résultats pour cibler toutes les autres bactéries.» Leire Aguinagalde a mené ses recherches au sein du laboratoire de Suzan Rooijakkers au Centre médical universitaire d’Utrecht aux Pays-Bas, avec le soutien du programme Actions Marie Skłodowska-Curie. Elle a montré avec succès que les anticorps monoclonaux contre les pneumocoques peuvent être efficaces, surtout lorsqu’ils sont modifiés. «Nous avons utilisé certains anticorps monoclonaux déjà disponibles et avons pu produire des anticorps capables de reconnaître plus efficacement les pneumocoques, en les éliminant complètement in vitro et chez la souris», ajoute Leire Aguinagalde. Pour améliorer l’activité des anticorps, ils ont été modifiés afin de provoquer une meilleure réaction chez l’homme.

Plans pour l’avenir

Le soutien de l’UE a aidé de plusieurs manières, explique Leire Aguinagalde. «Il a permis de combiner mes connaissances sur les pneumocoques avec l’expertise du laboratoire hôte en matière d’immunité. C’est ensemble que nous avons pu réussir ce projet», souligne-t-elle. «Grâce au financement de l’UE, j’ai pu diriger et coordonner un projet, développer mon propre projet et encadrer des étudiants. J’ai également participé à des symposiums nationaux et internationaux où j’ai pu améliorer mes compétences en matière de diffusion auprès de publics experts.» Ce soutien lui a également apporté une plus grande confiance pour demander des subventions plus compétitives, dit-elle. Leire Aguinagalde prévoit de continuer à travailler dans ce domaine, développant l’idée d’utiliser des anticorps monoclonaux pour traiter les infections bactériennes: «Aujourd’hui, notre objectif n’est pas seulement de traiter des souches de pneumocoques spécifiques. Nous aimerions trouver des anticorps puissants et améliorer leur capacité afin de pouvoir éventuellement produire un cocktail d’anticorps susceptible de résoudre le problème dans son ensemble.»

Mots‑clés

mABSPN, monoclonal, anticorps, pneumocoques, streptocoques, pneumoniae, bactéries, cocktail, sérotype, infections

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application